Le nouveau ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a profité de son premier déplacement à Marseille le 25 avril 2014 pour se rendre à la cité Air Bel, une cité sensible classée en zone de sécurité prioritaire des quartiers Est de la ville, en compagnie de la députée et maire UMP de l’arrondissement Valérie Boyer, de René Olmeta, conseiller général PS, de Caroline Pozmentier, adjointe au maire, déléguée à la sécurité et à la prévention à la ville, de Jean Paul Bonnetain, préfet de police et de Marie Lajus, préfète déléguée pour l’égalité des chances.

Pour la circonstance, la préfecture a organisé le déplacement sur place des journalistes, des photographes et des cameramen accrédités à bord d’un autocar affrété à leur intention comme s-ils étaient des pèlerins en partance pour un lieu saint ou des touristes en balade dans un parc animalier…

Marseille : Safari Ministériel à La Cité Air Bel

Venu seul en moto depuis le quartier de Sainte Marguerite, je n’ai eu qu’à suivre comme un Petit Poucet des temps modernes le cheminement tracé par une armada de véhicules de police et de motards semés à chaque carrefour comme autant d’indices de « l’événement »…

Arrivé sur place en avance, j’ai retrouvé des amis journalistes venus seuls et qui patientaient sous une pluie fine en discutant avec des jeunes de la cité qui leurs disaient tout le « bien » qu’ils pensent de la presse… « C’est à cause de vous qu’on est dans la merde et qu’on trouve pas de boulot… » (Version « light » de leurs propos…).

Certes, il fallait bien assurer la sécurité totale de cette visite ministérielle mais vu du côté des résidents de la cité, il était compréhensible que cette débauche de forces de l’ordre puisse agacer les résidents dont une très large majorité ne sont certainement pas des voyous mais des gens qui survivent dans des conditions financières très difficiles….

Marseille : Safari Ministériel à La Cité Air Bel

Enfin, le « bus de la presse » arrive et l’un des responsables de la sécurité du ministre vient annoncer aux journalistes que Monsieur Cazeneuve descendra précisément là, (et pas ailleurs…), pour ne pas qu’il marche malencontreusement dans une flaque d’eau… (Et qu’il ne salisse pas ses jolis souliers vernis qui depuis une récente affaire n’auront plus droit à être choyés par un cireur de pompes…).

Puis le ministre arrive et tout va très vite… Poignées de mains, bises à Madame Valérie Boyer précédant les quelques dizaines de mètres de marche jusqu’à un terrain de sport en construction, photos, réponses à une première salve de questions des journalistes sous les regards de curieux souhaitant dire tout le mal qu’ils pensent de cette visite. Retour à la case départ avant de rejoindre une pharmacie où le ministre est attendu pour un échange de quelques minutes avec le personnel…

Marseille : Safari Ministériel à La Cité Air Bel

La visite continue ensuite par le passage sous un porche qui conduit au cœur même de la cité sur une esplanade au milieu des bâtiments. En général, les policiers se méfient comme de la peste de ce genre d’endroit parfaitement indiqué pour recevoir un parpaing, un canapé ou tout autre projectile improvisé sur le coin de la gueule mais cette fois ci, tout est particulièrement calme….

Marseille : Safari Ministériel à La Cité Air Bel

Depuis les fenêtres des étages, des familles interpellent le groupe et le ministre tente de dialoguer avec eux, faisant des signes amicaux avec la main. Il devient de plus en plus évident que cette visite est une sorte de safari dans un terrain hostile où les gens qui se sentent abandonnés par l’état, qui se sentent stigmatisés ne font plus confiance à personne et certainement pas aux politiques… La reconquête de ces quartiers sera difficile même si le gouvernement semble vouloir en faire une priorité…

Entre un passage au centre médical et un détour par la bibliothèque, le ministre étonnamment calme accepte de dialoguer un moment avec un jeune homme particulièrement remonté qui tient à se faire entendre ses doléances sous les regards des policiers en civil qui guettent le moindre débordement. En discutant avec des jeunes, j’apprends que certains qui sont au chômage ont le bac, que d’autres ont plusieurs CAP et qu’ils affirment que l’adresse de la cité sur leurs CV’s est un obstacle à l’embauche…

Marseille : Safari Ministériel à La Cité Air Bel

D’autres confirment des doutes… Comme c’est souvent le cas avant la visite d’officiels de plus haute importance, les lieux sous étroite surveillance policière depuis des mois ont été nettoyés, des tags ont été effacés, des voitures volées et brûlées ont été retirées, les espaces verts sont propres et la cité semble presque accueillante. Ce n’est pourtant pas parce que çà « brille » à l’extérieur que tout va bien à l’intérieur… Le ministre n’est certainement pas dupe de cette présentation angélique du travail accompli et il n’est pas stupide de se demander quel est le réel intérêt d’un tel safari sur le terrain…

Marseille : Safari Ministériel à La Cité Air Bel

La visite se terminera un peu plus tard après une réunion à huis clos avec des représentants d’associations et des habitants de la cité conviés à venir parler de leurs problèmes avec le ministre, les élus et des représentants de l’état. Le cirque est terminé, le bus attends les journalistes et je retrouve ma moto garée entre deux voitures de police qui contrôlent tout ce qui bouge et plus particulièrement un jeune homme qui passait par là au volant d’une splendide Porsche Cayenne...

Moins de 48 heures plus tard, (simple coïncidence ?) le pilote d’un même bolide mais de couleur différente utilisé par un « go fast » de trafiquants de drogue a été abattu par les douaniers au moment ou il tentait de forcer un barrage placé avant le péage de Lançon de Provence…

Tag(s) : #Marseille