Le verdict des élections européennes en France a provoqué un véritable séisme politique qui était pourtant annoncé par les instituts de sondages mais que le PS et l’UMP en plein déni de réalité ont refusé de voir venir.

Il est certes plus facile de commenter des résultats après qu’ils soient tombés mais il suffisait de trois images faites lors des derniers meetings du PS, de l’UMP et du FN à Marseille pour comprendre ce qu’il allait se passer le dimanche 25 mai…

Le PS a ouvert les hostilités au palais des congrès devant un auditoire morose et riquiqui de militants qui semblaient avoir bien du mal à croire que leurs champions pourraient empêcher d’accélérer le naufrage des municipales. Vincent Peillon et les candidats présents sur scène que Jean Christophe Cambadélis, le secrétaire général du parti était venu supporter avaient l’air aussi joyeux que des portes de prisons…

Le « final » de ce spectacle sans âme sous les applaudissements ne pouvait convaincre personne et les urnes ont confirmé le désastre socialiste annoncé. « Cambouisdélis » peut se remettre au charbon !

Le "Final" du meeting du PS au Palais des Congrès du Parc Chanot.

Le "Final" du meeting du PS au Palais des Congrès du Parc Chanot.

Trois jours, plus tard dans les mêmes lieux, c’était au tour de Renaud Muselier et Françoise Grossetête, les candidats de l’UMP de faire leur show devant une salle comble dont les premiers rangs étaient remplis d’élus de premier ordre. Jean Claude Gaudin, brillamment réélu Maire de Marseille et Jean François Copé qui était encore Président de l’UMP étaient sur scène pour encourager les orateurs et se féliciter de la victoire écrasante de leur parti aux Municipales.

Après une telle séance d’auto congratulation limite masturbatoire, le Front national pouvait toujours rêver, il n’y avait aucune chance qu’il puisse devancer l’UMP dans le pays aux européennes du dimanche 25 mai.

La Marseillaise entonnée la main sur le cœur, façon Zidane par Renaud Muselier était une parfaite illustration de ce que Madame Christiane Taubira avait qualifié de « karaoké d’Estrade », des propos immédiatement montés en épingle par ses adversaires à la recherche du moindre prétexte ridicule pour réclamer sa démission du gouvernement, une initiative bruyante qui avait bien peu de chances d’aboutir…

Malheureusement pour ces petits chanteurs qui n’avaient pas encore la gueule de bois, leur excès de zèle n’aura pas été suffisant et quelques jours plus tard, ils ont été laminés par leurs pires ennemis, l’affaire « Bygmalion » entraînant la démission de Jean François Copé venant comme une cerise sur un gâteau déjà très indigeste…

La Marseillaise entonnée la main sur le  coeur par Renaud Muselier.

La Marseillaise entonnée la main sur le coeur par Renaud Muselier.

Le lendemain soir, les derniers à s’être produits au Parc Chanot n’étaient autres que Marine et Jean Marie Le Pen qui ont attiré beaucoup plus de monde, sans doute davantage que le PS et l’UMP réunis, des cars venus de toute la région ayant été affrétés pour la circonstance…

Pour les observateurs coiffés de casques bleus et sans doute pour des policiers en civil équipés d’oreillettes, il était indéniable que la palme du dynamisme et la ferveur revenait au spectacle proposé au palais de l’Europe dont le FN veut pourtant sortir. La future victoire écrasante du Front National était loin d’être une hypothèse absurde mais il parait qu’il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir…

Le "Karaoké d'Estrade" à la sauce Le Pen.

Le "Karaoké d'Estrade" à la sauce Le Pen.

Le « Karaoké d’Estrade » interprété Marine, Jean Marie Le Pen et Stéphane Ravier même sans mains sur le cœur à la fin du meeting était bien plus convaincant que celui de l’UMP et il parait même que le verdict qui allait sortir des urnes était écrit dans la bible de Sainte Marine…

« Les derniers seront les premiers… »

Et sur ce coup, c’était une réalité !

Tag(s) : #-Polit'Hic...