Alors que nous sommes déjà au mois de mai, l’été va forcément arriver très vite, provoquant des envies de balades et de baignades dans les calanques. Mais voilà que comme tous les ans, des emmerdeurs coiffés de képis et maintenant des gentils employés du Parc National vont expliquer aux randonneurs que s-il faut en arriver à règlementer l’accès aux massifs forestiers, c’est pour les protéger des incendies causés par les « inconscients » qu’ils sont de manière générale…

Pour démontrer l’absurdité, (pour ne pas dire la « connerie »…) de ces affirmations, il suffit de s’attarder un moment sur les trois plus grands incendies de forêts de ces trente dernières années dans le secteur.

La calanque de Sormiou le lendemain de l'incendie.

La calanque de Sormiou le lendemain de l'incendie.

Le grand incendie parti de Carpiagne qui a ravagé les collines jusqu’à Vaufrèges, la Barasse, les Trois Ponts en 2009, (pour ne citer que ces lieux-là) a été causé non pas par de randonneurs mais des bidasses en folie qui auraient parait-il trouvé judicieux de tirer des balles traçantes en plein été et en pleine garrigue…

Sans commentaires…

Le vallon de la "Muraille de Chine" où niche l'aigle de Bonelli après l'incendie...

Le vallon de la "Muraille de Chine" où niche l'aigle de Bonelli après l'incendie...

L’autre grand incendie qui a ravagé les calanques depuis la Cayolle jusqu’à Sormiou, menaçant même les cabanons en 1998 a été causé par la mise à feu d’une voiture volée par des voyous et toujours pas par des marcheurs insouciants et adeptes de la cigarette ou d’autres substances illicites…

Caramba encore raté… !

C'est d'un feu de voitures volées que l'incendie de Sormiou avait démarré...

C'est d'un feu de voitures volées que l'incendie de Sormiou avait démarré...

L’été précédent, c’est de la décharge de Septèmes qu’était parti un des feux les plus destructeurs qu’ait connu la région, parcourant 3500ha avant d’être stoppé tout près d’Aubagne, les collines de Marcel Pagnol et le Garlaban échappant de justesse à une véritable catastrophe à laquelle les randonneurs, n’en déplaise aux autorités étaient une fois encore totalement étrangers…

L'incendie de Sormiou n'avait été stoppé qu'à quelques mètres des cabanons...

L'incendie de Sormiou n'avait été stoppé qu'à quelques mètres des cabanons...

Les pompiers qui sont des gens organisés qui pondent des rapports après chaque intervention pourraient confirmer qu’une très large majorité des départs de feux ont lieu le long de routes et en tous cas, jamais très loin d’un chemin carrossable…

Quoi qu’il en soit et en dépit de tous les éléments qui pourraient venir étayer la démonstration, les marcheurs sont des boucs émissaires parfaits et de sévères restrictions d’accès aux calanques seront encore appliquées cet été en raison du vent, de la canicule… Et surtout de la mauvaise analyse, (pour rester poli…) de prétendus spécialistes persuadés de détenir la vérité.

Un cabanon de Sormiou qui a particulièrement eu chaud...

Un cabanon de Sormiou qui a particulièrement eu chaud...

Chasser l’humain d’un massif forestier par crainte qu’il n’y mette le feu est simple, donne bonne conscience mais ne témoigne pas d’une grande confiance en l’homme et c’est même totalement contre productif. Surveiller un surface aussi vaste que celle des calanques avec des moyens aussi sophistiqués que des vigies et des survols en hélicoptère ou en avion n’empêchera jamais un potentiel fada mal intentionné d’aller mettre le feu dans un endroit reculé un jour de fermeture du parc... L’absence de présence humaine devenant même un gage de sécurité pour lui !

Cette nuit là, le feu parti de Carpiagne avait atteint la Valbarelle. Ce n'était pas des flocons mais de la cendre...

Cette nuit là, le feu parti de Carpiagne avait atteint la Valbarelle. Ce n'était pas des flocons mais de la cendre...

Avec la connaissance d’un terrain parcouru depuis l’enfance, il m’avait été très facile d’aller faire les photos de la calanque de Sormiou qui illustrent ce billet d’humeur le lendemain de l’incendie alors que l’accès au massif était interdit et surveillé par la police. Les pompiers étaient encore présents sur place pour guetter les éventuelles « reprises » qui sont classiques après des incendies d’une telle ampleur mais personne ne m’avait repéré, ce qui est loin d’être un exploit et demeure aisément reproductible par un personnage mal intentionné…

Le spectacle à la fois effroyable et fascinant de l'incendie parti de Carpiagne qui avait atteint la Valbarelle...

Le spectacle à la fois effroyable et fascinant de l'incendie parti de Carpiagne qui avait atteint la Valbarelle...

Peut-être même par un pompier pyromane fasciné par le feu, une espèce qui parait-il serait bien plus fréquente que le randonneur adorateur de Néron…

Mais c’est une autre histoire !

Tag(s) : #jojomigrateur