Dimanche en début d’après midi à Marseille, alors que « théoriquement », les manifestations sont interdites en raison de l’état d’urgence, la place Bargemon qui jouxte la mairie était en pleine ébullition.

Les cortèges sur la voie publique étant prohibés, le rassemblement qui voulait mettre la pression sur la Cop21 s’est transformé en un coup de baguette magique écolo en une sympathique chaîne humaine multicolore et désordonnée qui s’est mise en marche sur les trottoirs en empruntant le quai de la mairie, la Canebière et le boulevard Longchamp pour rejoindre le Parc du même nom.

Au départ de la chaîne humaine sur la place Bargemon

Au départ de la chaîne humaine sur la place Bargemon

Bizarre ce climatologue....

Bizarre ce climatologue....

Sur le quai de la mairie, la longue colonne est passée derrière deux santons humains parfaitement immobiles et imperturbables dont les rôles auraient pu être confiés avantageusement à Martine Vassal et Jean Claude Gaudin qui résistent beaucoup mieux aux vagues que le « fériboite »…

Quand la chaîne humaine ne réussit même pas à perturber les deux santons...

Quand la chaîne humaine ne réussit même pas à perturber les deux santons...

Un peu plus loin, la « farandole » de joyeux drilles passe devant un couple de curieux personnages, dont une femme en apparente lévitation, un couple furax parce que le long défilé leur « casse » le travail et détourne les badauds de leur quête…

Quand la farandole écolo pique le rôle de vedette aux "lévitants"....

Quand la farandole écolo pique le rôle de vedette aux "lévitants"....

Alors que tout au long du parcours, de nouvelles personnes s’intégraient à la chaîne dans le calme, cette marche pour le climat est devenue une véritable manifestation qui a rejoint sans heurts l’esplanade du Palais Longchamp avant de pénétrer dans l’enceinte du parc où un groupe de musiciens se sont éclatés un bon moment sur les marches de l’escalier qui rejoint le muséum d'histoire naturelle...

Quand la musique "renverse" le Palais Longchamp...

Quand la musique "renverse" le Palais Longchamp...

La foule attirée par la musique se masse aux pieds des escaliers et grossit encore avec l’arrivée de familles qui sont venues au parc pour faire prendre l’air à leurs enfants qui devaient commencer à trop sentir le « renfermé »…

Quand des marches d'escalier deviennent une scène improvisée...

Quand des marches d'escalier deviennent une scène improvisée...

A l’entrée du Parc, devant les fontaines, les manifestants qui souhaitent mettre la pression sur la COP21 déploient leurs banderoles devant de nombreux photographes ravis par cette ambiance colorée très photogénique…

Il est beau le Palais Longchamp...

Il est beau le Palais Longchamp...

Et voilà que chez les écolos les observateurs assistent à la naissance d’un nouveau code de couleurs… Les fringues vertes « kaki » et le rouge « Bordeaux » qui apparaît sur des parapluies ouverts alors que le ciel est bleu sauront-ils renouveler l’image des écolos ? Si c’est le but, il faudra songer à communiquer les références Pantone !

Non, ce sont pas les parapluies de Cherbourg !

Non, ce sont pas les parapluies de Cherbourg !

Alors qu’un militant écolo expliquait à un badaud ce qu’est la Cop21, j’ai entendu celui-ci lui répondre : « La Cop21 ? Autant pisser dans l’hélicon…! ». Il n'avait peut-être pas tort et il était temps que je file !