Où était donc passé Nicolas Sarkozy ? En Corse ? Dans le Lubéron ? Dans un monastère ? De nombreux « tuyaux » tous aussi percés les uns que les autres ont circulé dans les rédactions depuis lundi matin. Le mystère a été savamment entretenu par des petits poucets proches du nouveau Président qui se sont ingéniés à envoyer les curieux sur de fausses pistes.

 
Et voilà que subitement, un coin du voile est tombé. A peine sortis du Fouquet’s, Nicolas Sarkozy, sa petite famille et quelques proches auraient rejoint Malte à bord d’un Falcon privé appartenant à son ami Vincent Bolloré. Dans la foulée, cet aréopage aurait embarqué à bord d’un yacht de 60m de long qui serait lui aussi la propriété de l’homme d’affaires. Les paparazzis sont restés sur leur faim et les médias privés d’informations se défoulent en enquêtant sur ce luxueux bateau et surtout sur le coût exorbitant d’un tel voyage.
 
phocea07blog.jpgCette histoire de bateau en rappelle une autre toute aussi palpitante. En pleine affaire « OM-VA », Bernard Tapie, Jean-Pierre Bernès, les responsables du club de football et quelques joueurs avaient trouvé refuge à Bord du Phocea , son petit voilier de 74m pour discuter à l’abri d’oreilles indiscrètes de ce match foireux et de ses conséquences. Près de Hyères, c’est une caméra de FR3 qui avait fini à la mer lors d’une tentative d’intrusion d’une équipe de tournage qui n’y était pas invitée…
 
Quelques jours plus tard, j’avais retrouvé par hasard le Phocea au mouillage dans l’entrée de la calanque de Morgiou. Connaissant très bien le terrain, je m’étais approché le plus possible du quatre mâts d’où provenaient les éclats d’une vive discussion. Sans téléobjectif je ne pouvais pas faire grand-chose et il n’y avait même pas de princesse Diana ou une de ses copines en train de bronzer à-poil sur le pont!
phocea05blogJe m’étais mis à l’eau comme un vulgaire baigneur et j’avais pu faire le tour du magnifique voilier sans que personne ne semble m’avoir aperçu. Dans un film d’espionnage, James Bond serait monté à bras-carrés le long de la chaîne de l’ancre pour déjouer un complot international, mais la comparaison s’arrêtera là. Ce n’était qu’un mauvais film… Pas de planète à sauver, c’était juste une triste cause totalement indéfendable.
 
Si le huis-clos en haute-mer permet d’échapper aux hordes de photographes et de cameramen, le signal envoyé aux  Français risque fort de heurter certaines sensibilités à un moment ou il est irresponsable de mettre de l’huile sur le feu.
 
Avec un tel départ en fanfare, il ne faudra pas que le Président Sarkozy se plaigne de la manière dont les journaux satiriques et les humoristes ne manqueront pas de traiter les frasques du « bichon Maltais » !
Tag(s) : #jojomigrateur