A l’heure où les yachts et autres paquebots de luxe font couler de l’encre au lieu de la jeter, j’ai retrouvé dans mes archives photographiques le bâtiment qui mettra tout le monde d’accord. Rien de moins que le « Queen Mary II », le plus grand navire de tourisme au monde ! Qu’on en juge : 345m de longueur, 30m de plus que feu le « France » devenu « Norway » avant d’être démantelé lamentablement.
A ce stade de comparaison, le « Paloma » de M.Bolloré n’est rien de plus qu’une vulgaire coquille de noix totalement insalubre et tout juste capable de promener quelques industriels, voire le Président sans grande envergure d’un pays sur le déclin…
Quelque temps après son lancement à Saint-Nazaire, ce fleuron des chantiers navals de l’atlantique est passé à Marseille où il a fait escale. Le jour de son départ en grandes pompes et organisé à grand renfort de publicité, ce sont des milliers de badauds qui se sont entassés le long du littoral comme des sardines dans une boite de conserve pour voir passer ce qui n’a plus rien à voir avec une barquette !

qm2blog.jpg

Sur la photo réalisée sans trucages, le Château d’If cher à Alexandre Dumas et à Edmond Dantès parait minuscule à côté du Queen Mary 2 et effectivement, il l’est ! Il faut dire que le navire mesure 72m de hauteur, soit l’équivalent d’un building de 20 étages… Vu du pont, le panorama doit être magnifique mais il est clair qu’il y aurait peu de chance de survivre à une chute par-dessus le bastingage, même par beau temps.
 Habitué à faire de la voile et de la plongée sous-marine dans la rade, une idée saugrenue m’est venue… Et s’il sombrait subitement en passant devant les iles du Frioul ? La suite est plus amusante…. Compte tenu de sa hauteur, même percé comme une passoire, il ne coulerait pas totalement mais se poserait tout simplement sur le fond de sable qui dépasse rarement 60m de profondeur à cet endroit !

qm4blog.jpg

Après l’étonnement, le temps des questions viendrait, suivi d’une bonne partie de rigolade… : 

-          La faute à qui ?

-          Comment renflouer ce récif d’un nouveau genre ?

-          Le débiter en morceaux et délocaliser sa découpe en Inde ? Impossible depuis l’intermède ridicule du Porte-avions Clemenceau que Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille avait proposé de couler au large de la cité phocéenne…!

-          Alors que faire ?

-          Embaucher une cohorte d’hindous payés en roupies sonnantes et surtout trébuchantes ?

-          S’en remettre aux ferrailleurs Polonais rémunérés à des tarifs en cours à Varsovie ?

-          Réclamer l’aide de l’Europe… ?

Mais point de torpilles ce jour-là et le grand bateau s’en est allé vivre sa vie de promène-couillons fortunés sur les océans du globe…
Tag(s) : #Petits délires...