L'ancien Premier ministre Alain Juppé, 61 ans, vient d’être nommé ministre d'Etat, ministre de l'Ecologie, du Développement, et de l'Aménagement durable.

Dans la foulée de sa nomination, (le jogging est à la mode) il a rencontré ce lundi à l’Elysée avec le Président Sarkozy des ONG et des experts dont Nicolas Hulot pour préparer le futur « Grenelle de l’environnement ». Neuf ONG : WWF, Greenpeace, les Amis de la Terre, la Fondation Nicolas Hulot, la Ligue de protection des oiseaux (LPO), le Réseau Action climat (RAC), la Ligue ROC, la fédération France Nature Environnement (FNE) et Ecologie sans frontières - avaient été conviées au palais présidentiel et tous sont ressortis radieux de cette rencontre qui aurait pu paraître plus qu’improbable il y a encore peu de temps. MM. Sarkozy et Juppé devaient recevoir lundi après-midi, huit experts et scientifiques, dont le philosophe Edgar Morin, le climatologue Jean Jouzel, le spécialiste de la biodiversité, Jean-Marie Pelt et Christian de Boissieu, qui a dirigé les travaux sur la réduction par quatre des émissions françaises de gaz à effet de serre (facteur 4) d'ici 2050.

L’entreprise de séduction de Nicolas Sarkozy se poursuit mais pour combien de temps encore ?

Toujours est-il que le changement chez cet homme depuis sa condamnation à 14 mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité dans l’affaire des emplois fictifs du RPR est tout à fait étonnant. L’air du Canada semble lui avoir fait le plus grand bien et il est revenu en France avec des convictions écologiques qui paraissent plus que sincères, à moins qu’il ne fasse preuve d’un immense talent d’acteur qu’il aurait mieux fait d’aller révéler à Hollywood. A Montréal, Alain Juppé a eu le temps de prendre conscience du réchauffement climatique qui touche tout particulièrement le Canada qui devient un des pays à la pointe de la conscience écologique…

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

Le jeudi 15 février 2007, j’avais publié sur ce même blog une note humoristique « au théâtre ce soir… ! »* que j’avais écrite après avoir assisté à un débat lors du festival « Sciences-Frontières » qui se déroulait dans la cité phocéenne au Palais du Pharo. Cet après-midi là, Jean-Claude Gaudin, au nom de la mairie de Marseille avait signé le « Pacte écologique » de Nicolas Hulot avant d’ouvrir officiellement le festival sous les huées des opposants à l’incinérateur qui doit remplacer l’immonde décharge d’Entressens. Comme un prestidigitateur, il avait sorti de sa manche un drôle de lapin qui n’était autre que son camarade de l’UMP Alain Juppé qui ne faisait pourtant pas partie des invités officiels de la semaine. Ce soir là, le « Canadien » avait participé à un débat très convivial et il avait parlé avec beaucoup de brio de son expérience d’exilé au Québec…

Avec du recul, je me demande si tout cela était bien innocent et si le récent converti à l’écologie n’était pas venu à ce festival pour se forger une image, tout en louchant vers le poste de « Ministre d’état » réclamé par Nicolas Hulot et qui vient d’être créé par le Président Sarkozy. Jean-Marie Pelt qui a fait partie de la délégation reçue à l’Elysée ce lundi était présent et ce soir-là, il fallait également noter la présence du «Vert » Jean-Luc Bennhamias et de Corinne Lepage, la Présidente de CAP 21 qui était, c’est anecdotique, encore candidate au poste suprême de l’état.

Il est amusant de constater que depuis, ces deux écolos d’obédiences différentes ont rejoint le MoDem cher à François Bayrou. Comme des canards à la surface d’un étang, tous ces « blablateurs » avaient l’air calme et détendus alors que sous les eaux glauques de la mare ou plutôt en coulisses, les tractations devaient déjà aller bon train... Néanmoins, tous ces brillants orateurs devraient prendre conscience que la gesticulation a des limites et qu’en définitive, les élus seront jugés sur leurs actes…

*http://jojomigrateur.over-blog.com/article-5666713.html

Tag(s) : #Pas lu dans "La Provence"