Gros Couac dans la vague bleue. Alain Juppé le ministre d’Etat de l’écologie, du développement et de l’aménagement durable du 1er gouvernement Fillon a été battu aux élections législatives dans son fief de Bordeaux par la candidate PS Michèle Delaunay. Comme la règle l’impose, il a présenté lundi matin sa démission au président de la république et au premier ministre. 
jupblog.jpg

Retour en arrière…Le 28 août 2006, les élus UMP-UDF de Bordeaux ont démissionné en bloc pour provoquer des élections anticipées permettant à Alain Juppé de récupérer « SON » siège de maire de Bordeaux, ce qui a été effectif dès le mois d’octobre 2006. Cette manœuvre jugée scandaleuse par beaucoup de bordelais pourrait bien être la cause du revers électoral du dimanche 17 juin. Une rapide recherche dans les archives de journaux et de magazines disponibles sur internet rappelle que cette élection anticipée avait fait couler beaucoup d’encre. Elle aurait couté beaucoup d’argent aux contribuables bordelais qui n’avaient guère apprécié cette facture estimée à 280 000 euros, « le prix de la démocratie » comme l’aurait déclaré Alain Juppé.
 
Certes, Monsieur Juppé avait purgé sa peine, mais il aurait été bien inspiré de ne pas piaffer d’impatience comme un cheval fou car les électeurs ont parfois des éclairs de lucidité. Sa dernière magouille leur a montré que si le bonhomme semblait avoir changé sur la forme, il était clair que sur le fond, il était toujours en proie aux mêmes travers inacceptables. L’arrivée de François Copé et de Jean Louis Borloo sur un plateau de télévision dimanche soir a été un grand moment de « ridicule ». Leurs visages exprimaient toute la tragédie du moment et c’est tout juste s’il n’y a pas eu de larmes en direct à l’écran… C’était à mourir de rire !
 
----------------------------------
 
Deuxième gros coup de théâtre de la soirée. Ségolène Royal a rendu public ce que tout le monde savait déjà. Elle a officialisé sa séparation de François Hollande, prié d’aller  poursuivre sa vie sentimentale ailleurs, pourquoi pas au Québec avec Alain Juppé, d’autant plus qu’elle brigue sa place à la tête du Parti Socialiste…
 
Cette annonce qui précède la sortie d’un livre mercredi sonne la mise en route de hordes de paparazzis qui vont tenter de savoir qui couche avec qui et dans quelle position. Tous les détails et surtout les plus croustillants seront les bienvenus et se monnayeront fort cher dans les magazines « people ».
 
Dans cet acharnement médiatique, Nicolas Sarkozy, François Fillon, les ministres de son gouvernement et tout particulièrement les femmes seront les cibles privilégiées de ces chasseurs de scoops qui savent faire de l’argent avec la vie privée des personnalités.
 
----------------------------------------
 
jibrayelblog.jpgPolitique locale marseillaise. La défaite de Frédéric Dutoit marque la fin d’un règne communiste qui durait depuis 1936 dans les quartiers Nord de Marseille. Il a du laisser sa place de député de la 4è circonscription au socialiste d’origine libanaise Henri Jibrayel, 56 ans qui récolte les fruits d’un énorme travail dans le secteur depuis plus de trente ans.
 
L’autre coup de tonnerre est venu de Christophe Masse, héritier d’une dynastie familiale de députés socialistes élus depuis 1952. Il vient d’être battu sur le fil par Valérie Boyer, une jeune conseillère municipale UMP de 44 ans. Vu l’étroitesse du score, il est probable que des recours seront engagés mais cet échec résonne déjà comme un coup de semonce. Il ne suffit plus de « raser gratis », de multiplier les promesses et de jouer à fond la carte du clientélisme pour espérer être élu. C’est même tout le contraire… !
Tag(s) : #Polit'Hic...