Cette semaine, le sulfureux Colonel Mouammar Kadhafi est reçu en France par le Président Nicolas Sarkozy avec tous les honneurs dus à un Chef d’état. Cette visite qui fait suite à la libération des infirmières Bulgares soulève bien des questions dans notre pays qui a toujours été le symbole des droits de l’homme.

Après le déplacement présidentiel en Chine, après les félicitations adressées à Wladimir Poutine pour son succès aux élections Russes, après avoir reçu Hugo Chavez à Paris, suite au message adressé au chef des FARC de Colombie dans l’affaire Ingrid Betancourt, beaucoup, à gauche comme à droite s’interrogent sur la politique internationale de Nicolas Sarkozy.  

Malgré un lever de boucliers, le dictateur Libyen est bien là et il reçoit sous sa tente montée sur la pelouse de l’hôtel Marigny. Pourquoi pas, mais alors, pourquoi ne pas sacrifier aux us et coutumes de TOUS les hôtes de la république ? Faudrait-il installer le chef des esquimaux sous un igloo construit à la hâte sur la patinoire d’  « Holiday on Ice », à Bercy ou carrément dans les jardins de l’Elysée ? Faudrait-il permettre au dernier des Mohicans de dresser son tipi et d’aller chasser dans un bois avec son arc et ses flèches ? En 1989, c’est Raoni, le chef Indien d’Amazonie qui était venu en tournée en France dans sa tenue traditionnelle, accompagné du chanteur Sting qui avait pris fait et cause pour ces tribus menacées de disparition.
 
Si le fait d’adopter le mode de vie de ses invités devient une marque de respect, cela risque de donner lieu à de bien curieux spectacles. Je verrais bien Rachida Dati transformée en « femme girafe » recevoir une délégation de femmes Padaungs de Birmanie, ou Rama Yade accueillir des femmes Mursi du sud de l’Ethiopie en portant dans la bouche ces plateaux si impressionnants…
 
Et pourquoi le Président Sarkozy et ses ministres n’accueilleraient-il pas le big boss des papous d’Irian Jaya affublés de magnifiques étuis péniens ? Au terme de la réception, ils pourraient même tirer à courte (ou à longue) « paille », (restons polis…) pour décider non pas de celui qui finirait dans la marmite, (cela ne se fait plus…)  mais du montant d’éventuels contrats… !
 
Pour en revenir au Colonel Kadhafi, le moins que l’on puisse dire, c’est que son voyage en France ne sera pas passé inaperçu. Dans une France endettée, la sortie d’un carnet de « gros » chèques, fussent-ils « en bois » autorise tous les manquements à la morale. Quand les gouvernants acceptent de baisser leur pantalon, quand les jupes se relèvent pour « raison d’état », la République devrait s’écrire en deux mots…
 
Après son départ, pourquoi ne pas accueillir le Président Iranien Mahmoud Ahmadinejad et lui vendre quelques « Rafales » ? Il ne resterait plus ensuite au Président Sarkozy qu’à recevoir Manuel Marulanda à Paris pour le remercier d’avoir libéré Ingrid Betancourt
 
Enfin, il se murmure même que pris dans un délire mégalomaniaque, le Président Sarkozy rêverait de devancer les journalistes dans leur quête du "scoop ultime", rencontrer Oussamah Ben Laden en personne…. !
Tag(s) : #Petits délires...