En ce début d’année, la « Mère Tape-Dur », cette vieille secrétaire de direction acariâtre doit jubiler… Pendant plus de 25 ans elle a fait ouvertement la chasse aux fumeurs qui gravitaient dans sont espace de travail, n’hésitant pas à se montrer fort désagréable avec les plus récalcitrants. Véritable pionnière dans la lutte contre le tabagisme passif, elle n’a jamais hésité à faire vivre un calvaire à tout son entourage professionnel, sans jamais se soucier d’alimenter sa réputation de chieuse antipathique…

Là où la Dame mérite le respect, c’est qu’elle n’a jamais eu peur de manifester son mécontentement, même lors de conseils d’administration et en présence de cadres supérieurs, de hauts fonctionnaires et d’élus de la république. Malgré ses plaintes incessantes, cette brochette de goujats mal élevés et qui « pétaient plus haut que leur cul » continuaient à tirer sur leurs cigares, leurs cigarillos et autres cigarettes roulées dans du papier maïs qui rendaient l’atmosphère totalement irrespirable… Après une heure de délibération autour d’un investissement hypothétique, c’est tout juste si les participants parvenaient à se voir d’un côté à l’autre de la grande table de réunion. C’est alors que n’y tenant plus, elle finissait par se lever d’un bond avant d’ouvrir en grand toutes les fenêtres et ce, quel que soit le temps !
 
undefinedQuand la « loi Evin » avait été votée, elle avait cru que cela l’aurait aidé dans son combat et elle avait même tenté d’en parler au Docteur de la « médecine du travail » que certains employés n’hésitaient pas à qualifier de « Docteur des chèvres » ou de « vétérinaire » à la solde du patron… Celui-ci l’avait reçue en tirant sur un énorme « barreau de chaise » vraisemblablement payé par l’état et c’est tout juste s’il ne lui avait pas craché des volutes de fumée âcre dans la gueule…
 
Après cette ultime marque de dédain, la « Mère Tape-Dur » était devenue haineuse… Elle avait commencé à dire ouvertement qu’elle leur souhaitait de « crever » d’un cancer dans d’horribles souffrances et qu’elle ne les plaindrait jamais quoi qu’il leur arrive. Alors et ce n’est pas étonnant, ils avaient tenté de s’en débarrasser… mais la Dame était irréprochable, ponctuelle, pointilleuse, tatillonne et son côté procédurier les avait effrayés… Et c’est ainsi qu’ils avaient préféré lui mettre une « concurrente » dans les « pattes », une veuve blonde souvent maquillée comme une voiture volée et qui avait très vite montré son intention d’user de ses charmes pour refaire sa vie et si possible évoluer dans l’entreprise…
 
Mettre une telle louve au milieu d’un sérail d’hommes mariés n’avait pas été la meilleure idée des décideurs de cette grosse association reconnue d’utilité publique. Très vite, la blondasse décolorée avait jeté son dévolu sur un directeur administratif qui était tombé dans le panneau... Il faut dire qu’elle avait de sacrés talents et qu’elle aurait pu donner des leçons à Monika Lewinski en personne…. Elle était vraisemblablement passée sous le bureau, il se murmure que la photocopieuse aurait été le témoin muet de certains ébats à l’heure du repas, mais chut… ! Quelque temps plus tard, elle avait eu recours à un chantage au suicide totalement ridicule mais qui avait néanmoins réussi à provoquer la rupture du couple… La « Mère Tape-Dur » était à la fois scandalisée, morte de rire et elle le faisait savoir !
 
Alors, cette bande de joyeux drilles avait fait courir des rumeurs. C’était une sorcière « mal-baisée » qui cumulait tous les défauts de la création… Ils fumaient de plus en plus et c’est alors que les ennuis de santé avaient commencé à s’abattre sur ce petit noyau de privilégiés qui auraient mérité que certains services spécialisés mettent leurs nez dans leurs finances. Une première série de « pontages coronariens » et d’infarctus du myocarde avait « plombé » l’ambiance et la Dame avait commencé à bien se marrer en le faisant savoir à la qui voulait bien l’entendre… Cette fois, c’était « sur », la mégère les avait ensorcelés !
 
undefinedDepuis, le vent a tourné en sa faveur et l’équipe dirigeante de cet établissement modèle a largement changé. Certains sont tombés très gravement malades et ils ne profiteront pas longtemps de leur retraite... Alors que d’autres « bouffent » déjà les pissenlits par la racine, la nymphomane opportuniste serait sur le point d’être veuve une seconde fois et son prochain amant ferait mieux d’investir d’ores et déjà dans un fer à cheval ou un trèfle à quatre feuilles … Pendant ce temps là, la « Mère tape-Dur » toujours en pleine forme se prépare à couler de vieux jours dans sa maison de campagne…
 
Cette fable bien réelle est là pour rappeler que le tabagisme passif est un véritable fléau et que la secrétaire caractérielle avait eu raison avant l’heure… Il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre et il ne faut pas s’étonner, vu l’importance des enjeux financiers qu’il ait fallu autant de temps pour parvenir enfin à une interdiction totale du tabac dans les lieux publics…

Personnellement, si j’ai toujours accepté de bonne grâce la fumée de la pipe d’un paysan Chinois, les volutes enivrantes de fumeurs d’opium rencontrés quelque part entre la Thaïlande et la Birmanie, la puanteur du « Bar Tabac PMU » voisin de mon domicile m’a toujours donné envie de vomir et je l’ai toujours fui comme la peste…

Non fumeur, j’ai toujours préféré un consommateur occasionnel « d’herbe qui fait rire » à un drogué à la nicotine qui fume ses deux paquets par jour depuis vingt ans de « mort en suspens »,  mais il parait que c’est contraire à la morale…
Tag(s) : #tranches de vie...