Samedi 26 avril, c’était la fête à neuneu, la traditionnelle journée du carnaval de Marseille. Comme d’habitude, le soleil brillait, des milliers de spectateurs se pressaient le long des barrières, en bref, toutes les conditions d’un grand succès populaire étaient réunies.

Le communiqué du service de presse de la mairie indiquait : « Jean Claude Gaudin, Sénateur-Maire de Marseille remettra la clef d’or de la ville de Marseille aux carnavaliers… ».  Mais voilà que celui qui adore mesurer sa popularité auprès des marseillais a brillé… par son absence ! Remplacé au dernier moment par Eliane Zayan, conseillère municipale, « déléguée au cinéma et industries culturelles et aux spectacles de rues ». (Ah, la sobriété des titres…)

Si M. Gaudin était absent, c’est peut-être parce que l’idée de remettre les clefs de la ville contenait un message subliminal qui doit résonner dans son esprit comme un truc absurde et incongru qui a pourtant bien failli se produire... Les élections municipales ont été plus que tendues, la majorité a perdu un secteur et il s’en est fallu de pas grand-chose pour que la mairie bascule à gauche.

Vu sous cet éclairage et après la très étonnante élection du Socialiste Eugène Caselli à la Présidence de la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole (MPM), il devient clair que Jean Claude Gaudin n’a peut-être plus tellement envie d’ouvrir son trousseau de clefs, ne serais-ce que dans un cadre festif… Décevant pour un spécialiste de la galéjade !
Le plan était limpide… Renaud Muselier qui est parvenu à sauver sa mairie d’arrondissement s’est désisté en faveur de son colistier Bruno Gilles, avant de céder sa place de premier adjoint au maire à Roland Blum. Dans une même dynamique, il a abandonné celle de Président d’Euroméditerranée à Guy tessier qui a été déçu de ne pas obtenir  de poste lors du léger remaniement ministériel post élections municipales. En contrepartie, il « devait » et c’est là que la situation est devenue cocasse, « récupérer » la Présidence de MPM que Jean Claude Gaudin lui offrait sur un plateau…

Alors que la voiture de fonction de Renaud Muselier était déjà commandée, la sagesse populaire est réapparue pour rappeler qu’il ne faut jamais « vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué » et que les marseillais, quelles que soient leurs opinions politiques ont horreur de ces petits « arrangements entre amis »… Les protestations les plus véhémentes de la majorité municipale sont restées vaines et dans les bistrots, la mésaventure du  « comploteur » malchanceux a alimenté de belles parties de rigolade pendant plusieurs jours… « Le karatéka grande gueule a quitté la MPM en « boitant du cul » comme le cowboy de Brokeback Mountain… ! » Une petite phrase pas très fine, mais tellement marseillaise et prononcée « avé l’accent… ».

Euréka ! La raison de l’absence de Jean Claude Gaudin qui on l’espère n’était pas malade résonne soudain comme une évidence… A Marseille, le carnaval est perpétuel et effectivement, il était peut-être judicieux de ne pas rajouter du brouhaha à la cacophonie ambiante !

Tag(s) : #Pas lu dans "La Provence"