Malgré le développement économique anarchique de l’île, pénétrer au cœur de Bornéo demeure une véritable aventure. Les routes sont peu nombreuses et les pistes sont très souvent impraticables à la saison des pluies…
Dans ces conditions, les rivières continuent à être le meilleur moyen de s’enfoncer profondément en jungle, même si la navigation est de plus en plus difficile, voire improbable lorsque l’on remonte en amont des estuaires. Atteindre certains villages demande parfois plus d’une semaine en fonction du niveau des eaux…

 Ce voyage palpitant en pleine forêt est aussi très triste car il permet de se rendre compte à quel point l’homme est capable de détruire l’environnement dans lequel il vit. Si ce n'est pas l'apocalypse cela y ressemble de plus en plus et j'y reviendrai dans un prochain article...

 La galerie « pirogues », visible dans la colonne de gauche du blog présente une série de photos qui proviennent de différentes rivières que j’ai eu l’occasion de remonter au cours de mes expéditions depuis 1982.

 Je vous laisse le soin d’y jeter un œil et je vous souhaite une visite agréable de cette galerie qui en appelle d'autres…

Tag(s) : #jojomigrateur