L'épisode neigeux du 7 janvier 2009 qui a semé une belle pagaille dans Marseille a été riche d'enseignements et comme d'habitude en pareille circonstance, les pouvoirs publics tentent de trouver les coupables des dysfonctionnements. La mission d'enquête diligentée par le Premier Ministre François Fillon a provoqué instantanément une levée de boucliers, chacun des protagonistes concernés affirmant haut et fort qu'il n'est pour rien dans cette affaire et qu'il faut chercher ailleurs. En résumé :

« C'est pas moi, c'est ma sœur qui a cassé la machine à vapeur...!»

Sur le plateau de LCM, la télévision locale, quelques Marseillais « pure souche » et parfaitement caricaturaux ont débattu du déroulement de cet évènement « historique » qui laissera en définitive de bons souvenirs aux Marseillais. Les membres de la « mission » sont conviés à aller déguster une bouillabaisse avant de retourner à Paris. La conclusion de tout cela se résume en une petite phrase prononcée avec l'accent :

 « En France, il suffit que quelqu'un « pète » pour qu'il y en ait un qui aille y mettre son nez et voir si çà sent mauvais... ! ». Alléluia !

Ce qui est sur, c'est que « çà a merdé grave ! ». Autoroutes bloquées, tramways, bus et métros en rade, manque de communication évident.... Tous les ingrédients d'une belle panique figuraient dans la composition de ce cocktail qui ne pouvait être que « détonnant »...

 Parti à pieds, je me suis très vite rendu compte que les seuls véhicules encore capables de se mouvoir étaient les 4x4 dont les conducteurs affichaient des visages radieux. Pendant qu'ils faisaient « mumuse » avec leurs jouets de grands-enfants, des gens s'étaient réfugiés dans un bar après avoir été contraints à descendre de leur bus transformé en pierre de curling incontrôlable... Tentant de continuer leur voyage par le métro, ils avaient trouvé porte close et ils se demandaient comment ils allaient bien pouvoir faire pour aller à leur boulot ou tout simplement, rentrer chez eux...

Chemin faisant, je suis tombé sur un taxi qui était poussé par les passagers qu'il était sensé transporter. (Quel était le prix de la course ?). Un peu plus loin, c'est une ambulance avec un malade à l'intérieur qui était coincée dans une montée. Plus loin, je suis tombé sur des malins qui s'étaient pris pour Sebastien Loeb et qui se sont plantés lamentablement  dans le bas côté...

Sur le boulevard Périer, c'est l'apothéose. Les 4x4 sont transformés en remonte-pentes et transportent des skieurs qui viennent inaugurer cette nouvelle piste. Le comble est atteint lorsque un surfeur se fait tracter sur sa planche comme un vulgaire skieur nautique l'aurait fait. N'en déplaise aux écologistes, les 4X4 sortent vainqueurs par KO de cette confrontation à des conditions de circulation en ville particulièrement délicates.

Même si les moins « coincés du cervelet » commencent à comprendre pourquoi les alpins achètent tous des 4x4, j'entends déjà les cris d'orfraies des « khmers verts » lorsque les ventes de ces véhicules tant contestés repartiront en flèche. Il parait qu'il n'y aura plus de telles chutes de neige avant vingt ans mais rien ne prouve non plus que cela ne se reproduira pas en février ou l'hiver prochain. La météorologie est loin d'être une science exacte, ce que les spéléos ont  l'occasion de  vérifier assez souvent... Mais c'est une autre histoire !

Ceci dit, il ne faut pas oublier non plus que dès la prochaine inondation, ces « chers 4x4 » risquent fort d'être encore une fois les seuls véhicules capables de circuler dans 80cm ou 1m de flotte, ce qui pourrait bien se reproduire très souvent dans les années à venir et pourrait même relancer la production de véhicules amphibies... ! (Mort de rire... !)

Pour conclure, dressons donc le portrait robot du véhicule urbain de demain... :

Quatre roues motrices et directrices, (le top pour les manœuvres), très haut sur pattes grâce à de très grandes roues, prise d'air et échappement sur le toit (idéal pour rouler dans la flotte) ... Sans oublier un pare-buffle très haut, idéalement placé à la hauteur de la poitrine des adeptes du « car-jacking » et  des « emmerdeurs » de tous poils... (Je sais, ce n'est pas très moral... !). Côté moteur, un « hybride » ou un bon gros diesel moderne de 140cv profitant d'un bonus écologique... L'écolo tousse et devient « vert », (de rage), en apprenant que BMW en fabriquent qui ne rejettent que 119g de co2, soit beaucoup moins que ceux qui équipent les monospaces et autres grosses berlines familiales qui échappent pourtant à leur courroux...

C'est bien connu, les Marseillais sont des espèces « d'indiens » qui ne ratent jamais une occasion de mettre le « oai » et de soulever des controverses, de Valladolid ou d'ailleurs...

Enfin, il ne faut peut-être pas perdre de vue que d'autres déboires climatiques pourraient bien s'abattre sur la ville, en commençant par une bonne canicule cet été... 48°c à l'ombre, le point de liquéfaction des cerveaux atteints... Des tombereaux de cadavres déshydratés dans les morgues... Une ministre de la santé qui fume... par les oreilles !

J'exagère à peine... !

Tag(s) : #Les conseils de Tonton Jojo...