Ce jour-là, une équipe de spéléologues descendus dans un gouffre de Java est arrivée au sommet d’un vaste effondrement au-delà duquel la galerie semblait devoir se poursuivre. Après une traversée périlleuse en escalade sur des rochers branlants à la consistance de sucre en poudre, les explorateurs avaient ouvert la voie vers un nouveau réseau totalement inconnu…

 

Si une importante galerie semblait vouloir filer vers l’amont, un coup de projecteur dans l’abime montrait qu’il devait y avoir également une continuation vers l’aval. Après l’arrachage intempestif d’une première cheville « spit » avec un spéléo pendu dessus, (merci au gros bloc qui avait servi d’amarrage en tête de puits !), il avait fallu trouver un pan de rocher « sain » et bien placé au dessus du gouffre…

 

Un peu plus tard, la jonction avec une autre grotte était faite et dans la foulée, les topographes avaient pris toutes les mesures qui permettraient de dessiner le plan de ce réseau souterrain…

 

De cette aventure, j’ai ramené toute une série de photos dont celle-ci qui aurait-été quelque peu « modifiée »…  Certes… Mais une image numérique passée au travers du kaléidoscope de Photoshop ou de Lightroom n’est plus qu’une « interprétation » personnelle d’un « instant », d’une manière de « voir » les choses et ce jour-là, c’est ainsi que j’ai eu envie de voir cette scène… !

 

Il ne faut plus croire ce que l’on voit…

Tag(s) : #jojomigrateur