Malgré une large victoire face à Rennes lors de la dernière journée du championnat de France, les footballeurs marseillais qui jouaient à domicile devront se contenter de la deuxième place, alors qu’ils ont cru jusqu’au bout à la possibilité de coiffer Bordeaux sur le fil…

Après quelques semaines d’euphorie, le temps de prendre conscience de la réalité, aussi cruelle soit-elle est venu… La qualification du club en ligue des champions n’est qu’une médaille en chocolat et le feu d’artifice qui avait été prévu en cas de titre de champion de France a été annulé. Comme la fois ou l’Olympique de Marseille avait disputé la finale (perdue) de la Coupe de France, Monsieur le maire, (Dingo pour les intimes…) s’est « fendu » d’un communiqué de presse présentant le dispositif mis en place en cas « d'obtention du titre de Champion de France par l'OM », un programme conçu par un « chat noir » qui a vite été remballé dès le coup de sifflet final…  

 

Le temps des remords était venu et les supporters se sont précipités en masse dans les cafés pour noyer leur chagrin dans la boisson, ce qui ne pouvait que déclencher quelques bagarres comme j’en ai été témoin, une fois encore, à deux pas de chez moi… A Marseille, après une défaite, le célèbre « Droit au but » se transforme en « Droit au Bar » et il se chuchote que certains joueurs s’adonneraient volontiers à ce genre de sport peu recommandable…

 

Pendant que certains « refont » les matches perdus stupidement à domicile, que d’autres font l’inventaire des penalties  non sifflés et des erreurs d’arbitrage, à Bordeaux c’était quasiment un jour de fête nationale… Alain Juppé, le fameux type qui était « droit dans ses bottes en toutes circonstances » a accueilli les héros Bordelais sur la place des Quinconces qui a été envahie par une foule en liesse de plus de 40000 personnes…

 

« Droit au Night-club », « Droit au putes et à la coke »…

 

Laurent Blanc, (l’entraineur des girondins) n’étant pas « the incredible » Guy Roux, il est peu probable qu’il fasse le tour des boites de nuit les plus huppées de la région pour récupérer ses joueurs partis fêter leur triomphe en compagnie d’amis, de putes de luxe ou de supportrices prêtes à tout pour accrocher à leur tableau de chasse un roi du dribble, un  prince de la pénétration ou un génie dans l’art de « mettre la balle au fond »…. Des filets… !

 

La suite se trouvera peut-être au chapitre des « faits-divers »… :

 

Un joueur bourré arrêté en excès de vitesse au volant d’un bolide ? (Il y a des précédents dans plusieurs clubs…)

 

Un autre contrôlé positif à la cocaïne comme un vulgaire tennisman, un Top Model ou un grand joueur de football argentin à la main d’or qui affirmera avoir été drogué à « l’insu de son plein gré » ? (Comment peut-on dire çà quand on s’est mis de la « poudre » dans les naseaux, ne serais-ce qu’une seule fois et qu’on a vu à quel point cela peut-être douloureux… ?)

 

Dans les prochains jours, la radio, la télé, le web et la presse écrite diffuseront leur litanie débile digne du café du commerce qu’ils présenteront comme autant de vérités « vraies »…

 

Mais c’est une autre histoire… !

Tag(s) : #Pas lu dans "La Provence"