Le 22 juillet 2009 sur le camp militaire de Carpiagne, une clique de « Daltons » en exercice qui ne pouvaient être que sous les ordres d’un émule de « Rantanplan » ont déclenché un gigantesque incendie qui s’est propagé jusqu’aux portes de Marseille, ravageant au passage près de 1300ha de garrigue et de pinèdes.

Après une rapide enquête, l’armée s’est rapidement dégagée de toute responsabilité et s’est empressée de rejeter la totalité de la faute sur l’adjudant qui a dirigé les tirs ce jour là.

Toujours est-il que chez les riverains, la nouvelle de l’origine « officielle » de cet incendie s’est propagée comme une « trainée de poudre » ou plus précisément comme une « balle traçante »…

Comme cela était prévisible en pareille circonstance, les réactions purement antimilitaristes se multiplient et il va falloir que les autorités militaires fassent preuve de beaucoup d’habileté en matière de communication si elles veulent modifier l’image désastreuse qui est en train de naître, et surtout, mettre un terme à une rumeur qui se chuchote avec un accent marseillais de circonstance… Les légionnaires auraient testé des munitions incendiaires destinées aux opérations en Afghanistan... Si c’était vraiment le cas, l’essai a du dépasser toutes leurs espérances… !

Après les promesses et en attendant de voir ce qui sera effectivement fait pour tenter de sauver ce qui peut l’être, je vous invite à jeter un œil sur la galerie que je viens de mettre en ligne… :

http://jojomigrateur.over-blog.com/album-1434647.html

Sans commentaires !

Tag(s) : #Marseille