Voilà un extrait d’une bien étrange saynète vue hier soir à Marseille dans un bistrot mal famé. Seul à une table, un homme à la mine déprimée semble noyer son chagrin dans la Vodka. Il a de la difficulté à cacher son trouble et les sentiments de désespoir qui l’envahissent….

A la table voisine, deux hommes à la mine patibulaire parlent « fort », comme s’ils cherchaient délibérément à se faire remarquer. Cela fait un bon moment qu’ils discutent sans jamais détourner leur regard du buveur solitaire qui donne l’impression d’être perdu dans des pensées horribles. Pourtant, il semble gêné par le manque d’éducation et la désinvolture  des deux sbires qui ont l’air de le surveiller de près comme s’ils manigançaient une entourloupe. Il hésite… S’agît-il de deux mafiosos de la pègre Marseillaise ? Vu leur accoutrement et leur manque de goût, c’est tout à fait possible… A moins qu’il s’agisse tout simplement de deux vulgaires policiers des renseignements généraux omniprésents en cette période de campagne électorale !

Les deux acolytes ont la mine joviale de deux  marchands de tapis après une rude journée de magouille. Le premier a l’air vantard et le second semble plus circonspect, plus réfléchi, semblant analyser l’attitude de l’amateur d’alcool fort. Heureusement qu’ils sont là pour faire « tourner » la France, disent-ils, car il ne faut pas compter sur des loques et des alcooliques comme ce malheureux qu’ils considèrent sans même le connaître comme un parasite de la société… ! La charité Chrétienne n’est plus qu’un lointain souvenir dans nos contrées et l’idée que cet homme pourrait avoir besoin d’aide ne les a pas effleurés, ne serais-ce qu’un millionième de seconde.

Le téléphone sonne… Le réalisateur se serait « planté » dans la mise en scène de cette tragédie Grecque où évolueraient des artistes prestigieux...

- Dans le rôle du vagabond solitaire, il s’agirait d’un aventurier, d’un défenseur de la nature devenu présentateur de télé, un certain Nicolas Hulot qui tenterait de faire signer son « pacte écologique » à tous les partis en présence lors de la campagne Présidentielle.

-  Le « donneur de leçons » ne serait-autre qu’Alain Juppe, un ancien Premier Ministre pas toujours très inspiré qui serait de retour en France après avoir purgé une peine amplement méritée pour l’ensemble de son œuvre.

- Enfin, le troisième Larron serait le neuropsychiatre, éthologue de renommée internationale Boris Cyrulnik dont la présence est toujours très appréciée dans les débats tournant autour de l’homme avec un grand « H ».

Beaucoup ont tendance à l’oublier, « l’habit ne fait pas le moine » et tous ces gens illustres ne sont que quelques-uns des participants au 23è festival Sciences sans Frontières de Marseille. Cette photo sortie de son contexte pourrait donner lieu à autant de commentaires qu’il y a de commentateurs. Une occasion de rappeler qu’en matière d’image, il ne faut jamais perdre son esprit critique… Même (et surtout) lorsque c’est le chef qui le dit… !

 

Tag(s) : #tranches de vie...