Le verdict est tombé. Pour une fois, les instituts de sondage ne se sont pas trompés et le deuxième tour se disputera entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Le spectre du 21 avril 2002 était dans toutes les mémoires et le « vote utile » a joué parfaitement son rôle. Les partis d’extrême gauche se sont dilués dans leurs divisions et le Front National n’a pas vu venir l’uppercut du droit qui lui a fait poser un genou à terre. Il s’en remettra peut-être mais ce sera dur. François Bayrou a trop longtemps hésité entre la Droite et la Gauche et son tracteur dopé à l’huile de colza s’est encastré dans le pylône planté au milieu du carrefour. N’est pas un Sébastien Loeb de la politique qui veut !

Pendant les quinze jours à venir, il va devenir bien difficile d’échapper aux élucubrations des politologues, des sondeurs, et des partis politiques qui vont rivaliser d’audace et de mauvaise foi..

Toujours curieux et passionné par les chemins de traverse, j’ai mis ma casquette de journaliste citoyen et je me suis intéressé au problème soulevé par le controversé Jean Marc Morandini. Est-il acceptable que certains Français, parce qu’ils sont journalistes, responsables de partis politiques, policiers ou autres puissent avoir droit à la primeur des résultats électoraux alors que les bureaux des grandes villes ne sont pas encore fermés ?

Dans la peau d’un électeur lambda, j’ai cherché ce qu’il était possible de faire pour avoir accès à ces informations avant l’heure légale… C’est ainsi qu’il y a déjà plusieurs jours, j’ai recensé une série de sites internet étrangers qui ne cachaient pas leur intention de diffuser les résultats dès qu’ils les auraient. En pensant que les serveurs Belges et Suisses seraient très vite saturés et peut-être même verrouillés par les opérateurs Français, j’en ai listé d’autres en langue anglaise et espagnole. Dans la foulée, j’ai contacté des amis en Belgique et en Suisse, (vive le téléphone gratuit et illimité...) une solution totalement imparable.

Poursuivant mon enquête, je me suis aperçu que les frontaliers pouvaient capter tout simplement les radios et les télévisions voisines et même qu’elles étaient très facilement accessibles via la parabole d’un de mes voisins !

Dimanche, dès 18 heures, comme c’était prévisible, la « Libre Belgique » et les autres médias Belges et Suisses sont devenus inaccessibles : « Server too busy ». Tout en lançant d’autres tentatives de connexion sur d’autres sites, j’ai eu une idée lumineuse. Le vieil appareil multi-bande qui dort sur une étagère pourrait peut-être capter quelque-chose s’il fonctionne encore… Quelques secondes plus tard, à peine branché, il se met à crachoter, à craquer, à émettre des sifflements qui me font craindre qu’il va m’exploser dans la figure... Bientôt, j’entends de l’arabe, puis du chinois… Je persiste et bientôt c’est de l’anglais… « Ici Londres, le Général de Gaulle vas vous parler… », Non, ce n’est pas çà mais la qualité sonore de ce que j’écoute pourrait le laisser croire ! Encore deux tours de molette et me voilà en Belgique ou l’on parle des élections Françaises… La haute-technologie est battue par un engin  sorti tout droit du paléolithique !

18H 46mn. Voilà que Yahoo « UK and Ireland » donne les premières indications qui s’avèreront exactes sur sa page d’accueil que je m’empresse d’imprimer. Si je le voulais, je pourrais en faire un « copier-coller » et le transmettre en quelques instants à plus d’un millier de mes correspondants. Un petit tour par le site de l’agence Reuters à Londres confirme ces prévisions qui sont reprises sur les ondes belges un peu plus tard. D’autres médias en Europe donnent les mêmes estimations et quelques minutes après 19H, un SMS d’une amie Suisse me confirme ce que j’ai obtenu par différentes sources. Le mystère que tente de protéger la loi électorale n’est plus qu’un secret de Polichinelle et la preuve est faite que cette loi est obsolète !

Il est évident que je n’ai transmis aucune information et qu’il serait vraiment stupide de risquer une amende de 75000€ pour avoir diffusé des résultats accessibles à n’importe quelle personne qui souhaite en disposer avant l’heure officielle. Nous ne sommes pas en Corée du Nord, en Chine ou à Cuba et il est illusoire de croire que nos institutions puissent bloquer la circulation d’informations, ne serais-ce que quelques heures. Une telle absurdité laisse rêveurs, d’autant plus qu’il suffirait que tous les bureaux de votes ferment à la même heure ou encore que l’on attende que les derniers bureaux aient baissé le rideau pour commencer le dépouillement.

La suite opposera deux lapins « Duracell » et pour savoir qui finira par boire la tasse, il faudra encore attendre quinze jours… !

Tag(s) : #Humeur du jour...