Ce matin là avant le départ de la 35è édition de Marseille-Cassis, le sympathique Nelson « Moins Fort » qui trouve toujours le moyen de poser des questions plus longues que les réponses était présent sur le car podium placé sur la ligne de départ de la course…

Alors qu’il expliquait au micro qu’il serait bien incapable de courir 20 kilomètres et même qu’il n’avait jamais su courir, des questions brûlaient les lèvres de certains observateurs… Le grand commentateur de patinage artistique sait-il glisser sur des lames sans risquer de se péter le coccyx ? Nage-t-il mieux qu’un fer à repasser ? Sait-il renvoyer la baballe jaune à Serena Williams ? Peut-il descendre tout schuss une piste noire verglacée sans finir sa prestation, désarticulé comme un vieux poupon passé entre les mains de petites filles pas très gentilles… ?

NelsonMoinsFortWebL’espèce de zèbre amélioré qui a pris le départ de Marseille-Cassis à une allure à faire crever de jalousie les plus véloces des arracheurs de colliers qui donnent envie aux marseillais de se balader en ville avec un révolver est un éthiopien qui s’appelle Mulle Wasihum.

MulleWasihumWeb.jpgThierry Bezer, le lapin de garenne de France 3 Marseille qui a tenté de voir quelle distance il pourrait courir au contact des premiers s’est très vite rendu compte de l’incongruité de sa tentative et du côté extraordinaire des performances de ces athlètes surentraînés qui semblent tout juste effleurer le bitume avec une étonnante facilité.

groupeteteweb.jpgAyant participé à près d’une dizaine d’éditions de cette course devenue mythique, le fait de pouvoir accompagner le groupe de tête en moto pour faire des photos était un véritable privilège que j’ai apprécié à sa juste valeur.

marscasrondpointweb.jpgSi j’ai su il y a fort longtemps ce que signifiait le fait de courir un kilomètre en moins de 3mn, le faire vingt fois sans temps de récupération a de quoi laisser rêveurs même les plus expérimentés…

Dès le passage à l’obélisque de Mazargues, un petit groupe était déjà détaché et il était clair que le futur vainqueur, sauf incident de parcours ou coup de pompe inattendu  faisait partie de ses membres. Plus loin, voilà que certains se sont payés le luxe de saluer des spectateurs massés sur un pont, ce qui tendait à prouver qu’ils étaient encore parfaitement lucides…

monteeginesteweb.jpgAlors qu’à l’attaque du col de la Gineste le pourcentage de la pente augmentait, l’allure ne faiblissait quasiment pas et il était amusant de voir que les cyclistes n’arrivaient pas à suivre le rythme des coureurs…

Plus haut, au détour d’un virage, des pom pom girls étaient là pour encourager les athlètes et l’hélicoptère était là en vol stationnaire pour filmer ce passage clef de l’ascension…

pompomhelico.jpgQuelques minutes plus tard, le sommet du col était déjà là et les champions qui n’étaient plus que cinq, l’éthiopien Mulle Wasihum bien caché derrière ses adversaires, allaient pouvoir se lancer à pleine vitesse dans la descente…

colginesteweb.jpgArrêté pour attendre le premières féminines, je n’ai pas eu à attendre très longtemps pour voir débouler trois kenyanes à la foulée moins puissante mais tout aussi impressionnante que celle des hommes…

blacksgineste.jpgEn suivant un moment ces jolies panthères noires lancées de front et rangées dans l’ordre de leurs dossards, ce qui sous-entends qu’elles sont peut-être inconsciemment très attachées à l’ordre, il était évident que bien peu de mâles, fussent-ils en rut auraient pu les suivre à cette allure sur une aussi longue distance…

trioblackmarscasweb.jpgPour la petite histoire, c’est Joséphine Jepkoech, T shirt rouge, short bleu qui s’est imposée en 1h 10’ 03", un temps qui lui a permis de se classer 25e au classement scratch…

Il ne me restait plus qu’à me laisser décrocher et attendre l’arrivée des sans grades, de la piétaille, de ceux qui auront vieilli de dix ans en moins de trois heures et qui mettront cent ans à récupérer de leurs efforts…

coureurGoPro.jpgAprès avoir observé un moment le flot incessant de coureurs arrivant au ravitaillement, il ne restait plus au pilote de la moto qu’à se laisser aller en roue libre vers l’arrivée à Cassis, ce qui m’a laissé le temps de découvrir un autre succès, celui des petites caméras GO PRO que beaucoup arboraient fièrement sur la tête ou en poitrine…

Les mauvaises langues diront que certains escargots auraient eu tout intérêt à filmer en Time Lapse mais c’est une autre histoire… !

Tag(s) : #tranches de vie...