Voilà la petite histoire d’une chaîne et d’un cadenas de sécurité agréés par les assurances. L’ensemble qui pèse le poids d’un âne mort et qui coute encore plus cher que la peau des fesses a été acheté il y a un peu plus de 5 ans en même temps que la moto à protéger du vol…

Pour justifier d’un prix délirant, voisin de celui de la « peau du cul », l’antivol, est déclaré « Garanti à vie », ce qui est de nature à conforter l’acquéreur dans l’idée qu’il a fait le bon choix…

cadenas0350rc1.jpgPendant cinq ans, cet instrument de musculation qui s’ignore a joué parfaitement son rôle, jusqu’au jour où, au moment d’attacher la moto à un poteau, il a été impossible d’ouvrir le fameux cadenas, la clef sophistiquée tournant désespérément dans le vide. Les dieux devaient-être avec moi et j’ose à peine imaginer la galère si l’avarie s’était produite au moment de libérer la moto de son point d’attache !

Pensant faire jouer cette fameuse « garantie à vie », j’ai rapporté le matériel chez le concessionnaire qui a refusé de faire jouer cette garantie qui n’est en fait qu’une publicité mensongère. Il y en a qui auraient eu envie de fracasser la tronche du commerçant malhonnête en se servant de la lourde chaîne comme d’une véritable masse d’armes… C’est d’ailleurs à se demander si le retour à certaines pratiques moyenâgeuses ne serait pas en définitive éducative et salutaire !

C’est alors que l’escroc compatissant m’expliqua que le plus économique pour moi serait de récupérer la chaîne et de racheter un cadenas après avoir fait scier celui qui était défectueux…

Par un « voleur de moto » équipé du matériel nécessaire !

Finalement, c’est un copain garagiste qui s’est chargé de l’opération… Bouclée en 5 minutes à la disqueuse, ce qui fait se poser des questions sur la fiabilité de ces antivols, « agréés par les assurances »… !

Tag(s) : #tranches de vie...