Ceux qui n’aiment pas le sport peuvent d’ores et déjà aller dès l’ouverture au supermarché de bricolage le plus proche pour acheter une corde de pendu. A moins qu’ils ne préfèrent la SNCF, une bastos dans la cervelle ou toute autre solution expéditive mais moins conventionnelle…

Le monde va penser sport, vivre sport, picoler sport, baiser sport, y compris les athlètes si l’on en juge par le nombre de préservatifs distribués gratuitement au village olympique…

L’argent va couler à flots, le plus souvent à crédit, un véritable délire dans des pays aux économies souvent plus que bancales. Le coût des JO de Londres qui avait été estimé à 3 ou 4 milliards d’euros dépassera semble-t-il les 14 milliards, ce qui pourrait bien plonger l’économie britannique pas très flamboyante dans de nouveaux problèmes financiers dont-elle se serait bien passée.

anneauxjoblog.jpgLes jeux d’Athènes en 2004 qui ont eux aussi coûté 13 milliards d’euros ont contribué à faire augmenter la dette publique de la Grèce, le retour sur investissements qui avait été prévu ne s’étant avéré être qu’un leurre.

Toujours à propos de dettes et de dépenses colossales, il n’est pas inutile non plus de rappeler que Montréal a mis plus de 30 ans pour rembourser ses jeux de l’été 1976.

Dans ces conditions et vu son déficit alarmant, la France qui était candidate à l’organisation de ces jeux olympiques devrait plutôt se féliciter d’avoir été battue par l’Angleterre.

Une considération qui n’empêche pas d’aimer les sports, même les plus improbables, comme ceux, par exemple, qui se jouent avec un ballon…

Tag(s) : #Humeur du jour...