Dans l’édition du lundi 9 novembre 2009 du  journal La Provence, la journaliste Marie-Eve Barbier  publie un article alarmiste, « Calanques : la grimpe est-elle menacée ? », dans lequel reprends les propos du guide de haute montagne André Bernard qui s’inquiète à juste titre pour la liberté de pratique de l’escalade dans les calanques.(http://www.laprovence.com/articles/2009/11/09/960053-Region-Calanques-lagrimpemenacee.php)

Sur le site de l’association déclarée en préfecture le 1er octobre 2009, « Des Calanques et des Hommes », (http://les-calanques.org) une pétition en ligne a déjà recueilli plus 9600 signatures d’opposants à une « quelconque réserve intégrale infondée dans les calanques et sur le cap canaille, ce qui reviendrait à condamner toute activité humaine douce sur ces secteurs. ».

Le 9 août 2008, en réponse (voir texte en italiques) au journaliste de Rue 89, Rémi Leroux qui avait publié un article : « Après bien des détours, le parc des Calanques sur le bon sentier », j’avais évoqué les problèmes à venir de liberté de pratique de l’escalade qui me semblaient inéluctables… Des propos qui m’avaient valu par la suite d’être qualifié « d’anarchiste » mais qui reviennent plus d’un an plus tard… Comme un boomerang !   

Rue 89 - Jojomigrateur | 18H46 | 09/08/2008 |

« Je ne suis pas certain que la création d'un parc des Calanques soit une aussi bonne idée qu'elle en à l'air, surtout si ses créateurs s'inspirent de ce qui se fait en Espagne à Ordesa ou Ténérife.

Je pratique les calanques depuis plus de 40 ans, je les connais mieux que le fond de ma poche et je considère que la création en ces lieux d'un parc à l'espagnole ne serait ni plus ni moins qu'une atteinte à la liberté de se balader de grimper ou de pratiquer la plongée…

S'il est évident qu'il faut protéger ces lieux fragiles, il faudrait commencer par éduquer les utilisateurs qui comme l'a dit un peu plus haut François Xavier Prévot sont aussi les pollueurs…

Qui dit « parc » dit aussi « restrictions » et je n'ai pas envie qu'un technocrate ou qu'un fonctionnaire vienne me dire quel itinéraire emprunter, quelle falaise escalader et quand. Depuis quelques années, les calanques sont quasiment fermées tout l'été pour risque d'incendie, ce qui n'empêchera jamais un pyromane d'aller mettre le feu s'il en a envie… Je considère au contraire que la fréquentation permet de mieux surveiller ce qu'il se passe, d'autant plus que les téléphones portables « passent » désormais dans les calanques.

L'extension du parc aux falaises du cap canaille va avoir pour effet d'interdire une bonne partie de l'année l'accès aux falaises à une poignée de grimpeurs et de spéléologues qui sont les défricheurs d'un véritable terrain d'aventure. Les personnes intéressées peuvent jeter un œil sur mes galeries photos « le cap canaille » et « les grottes du vide » en suivant ces URL (mises à jour) :

et
http://pagesperso-orange.fr/salangane/speleo.html


Mes propos paraîtront peut-être « ANAR » mais je ne suis pas seul à penser de la sorte… Et je ferai remarquer que ceux qui partagent cette opinion sont aussi ceux qui sont le plus respectueux d'une nature qu'ils fréquentent en toutes saisons et qui s'alarment des atteintes qui lui sont faites. »

 http://www.rue89.com/marseille/apres-bien-des-detours-le-parc-des-calanques-sur-le-bon-sentier

Mes propos n’étant visiblement plus tous aussi « anarchistes », (ou alors l’anarchie gagne du terrain dans le pays), il est sans doute temps de reprendre les débatsSans en exclure personne cette fois-ci !

Les photos qui illustrent cet article proviennent du Cap Canaille, un « terrain d’aventures » prisé par les grimpeurs et les spéléologues qui est particulièrement visé par la règlementation que les gestionnaires du futur parc voudraient mettre en place.

Les falaises face au large du Devenson et de Castelvieil sont  elles aussi menacées d’interdiction de pratique de l’escalade, ce que les grimpeurs ne sauraient accepter sans être invités à en discuter.

Tag(s) : #Pas lu dans "La Provence"