En mettant de l’ordre dans ma bibliothèque, je suis tombé sur un vieux bouquin de René Dumont, « L’utopie ou la mort » publié par les éditions du Seuil en 1973. La relecture de cet ouvrage avec l’éclairage de ce qui s’est passé depuis dans le monde est édifiante… La situation actuelle ressemble furieusement aux pires scénarios envisagés par ce précurseur de l’écologie moderne que l’on a « pris » ou « fait passer » à l’époque pour un hurluberlu ou un illuminé.

dumont1.jpgPrès de 40 ans plus tard, le monde commence à se réveiller avec la gueule de bois… Il est désormais acquis qu’il est impossible que six milliards d’humains vivent selon les standards américains ou européens et que si rien n’est fait pour y remédier, c’est tout simplement l’avenir de la planète qui est remis en cause.

C’est ainsi que l’écologie qui a si longtemps été considérée comme un obstacle au développement devient subitement à la mode. En France, à droite comme à gauche il est désormais de bon ton de se revendiquer écologiste en prétendant l’avoir toujours été. Cette attitude n’est pas sans rappeler celle de ces collabos qui à la fin de la dernière guerre mondiale, sentant le vent tourner ont rejoint la résistance en n’hésitant pas à se présenter comme de véritables héros de la nation…

Il est désormais quasiment admis par tout le monde que l’homme influe sur l’environnement et que s’il ne réagit pas rapidement, c’est tout simplement la pérennité de la planète qui est menacée à court terme. Le réchauffement climatique qui a été longtemps considéré comme un délire d’écolos fatigués n’est plus une vue de l’esprit, des films comme ceux d’Al Gore de Nicolas Hulot, de Yann Artus Bertrand et d’autres montrant l’étendue du désastre…

Le capitalisme et la mondialisation effrénée mènent le monde à sa perte et c’est à se demander s’il ne faudrait pas considérer ces actes comme autant de crimes contre l’humanité encore plus graves qu’un génocide et s’il ne faudrait pas créer un Tribunal Spécial International chargé de punir les responsables de la catastrophe annoncée…

dumont2Alors que nos gouvernants s’apprêtent à taxer le carbone et donc à faire payer les erreurs passées à des lampistes, ne serait-il pas logique de s’en prendre aux vrais coupables que sont le grand capital, les multinationales et les spéculateurs et les politiciens qui ont préféré faire l’autruche alors que tout se délabrait autour d’eux ? La peine capitale et les déversements d’hémoglobine n’étant plus à la mode, la confiscation des biens mal-acquis,  l’embastillement des irresponsables sans scrupules ne mériteraient-ils pas d’être remis au programme des « réjouissances », dans l’intérêt de tous, en excluant d’emblée toute notion de « prescription » et de « pardon »… ?

Ce « projet » de gestion de la plus importante crise qu’ait connu la planète depuis ses origines peut sembler utopique mais en sera-t-il toujours ainsi alors que les événements menacent de s’accélérer de manière irréversible ?

En attendant le déluge, (cela ne rappelle-t-il pas quelque chose… ?) il est peut-être temps de dresser la liste des malfaisants qui devraient avoir des comptes à rendre lorsque le moment de la prochaine révolution sera venu…

Un « apprenti-empereur » n’ayant pas hésité à prétendre « pendre » son adversaire  jugé « coupable » à « un croc de boucher » avant même que le procès ait eu lieu, pourquoi ne pas suivre cet exemple venu d’en haut et montrer d’ores et déjà du doigt ceux qui devraient-être soumis à la vindicte populaire… ?

Messieurs Besson, Hortefeux et consorts n’y trouveraient certainement rien à redire… !

Tag(s) : #Humeur du jour...