rebusAlors que l’insoutenable suspens de la présidentielle vient de se terminer par la victoire de François Hollande, les politologues, les journalistes et les « morpions » collés aux partis politiques commentent la défaite annoncée de longue date de Nicolas Sarkozy

 

Chacun y va de son explication qu’il juge beaucoup plus pertinente que celle de son ami ou de son pire ennemi. Vu de l’extérieur, le manège parait bien futile et il n’est pas nécessaire d’être un grand spécialiste ou d’être équipé d’une bonne boule de cristal pour deviner ce qui va se dire dans les prochains jours dans les milieux autorisés ou pas…

 

Les vainqueurs vont se féliciter de cette victoire « historique » et les perdants, dopés aux « éléments de langage », se consoleront en criant sur tous les toits qu’ils n’ont pas tant perdu que çà, que le score est en définitive plutôt étriqué et que tout se jouera dans un mois aux prochaines législatives…

 

Ces champions du monde de la « loose » qui ne devraient pas tarder à s’étriper  en privé avant que cela ne déborde de leurs alcôves dans la presse et sur les plateaux télés seront-ils seulement capables de comprendre les raisons de leur échec ?

 

Vu la compétence des conseillers qui ont conduit le parti majoritaire à ce désastre de la présidentielle, il est permis d’avoir des doutes et la stratège blonde, « bleu marine » doit commencer à bien se marrer avec ses potes qui semblent voir beaucoup plus loin que ceux qui voudraient bien ses suffrages sans les idées qui vont avec…

 

Quoi qu’il en soit, les vraies raisons de la répudiation du « Président sortant » sont aisément compréhensibles et ce n’est pas la peine de faire appel à un politologue, même acheté en soldes sur le web pour les comprendre…

 

Un simple rébus qui peut paraître quelque peu obscène est beaucoup plus explicite que l'explication laborieuse d'un expert ou d'un universitaire totalement déconnectés de la réalité…

 

Tag(s) : #Polit'Hic...