A Marseille où rien ne se passe jamais comme ailleurs, il y a cette année DEUX Gay prides à une semaine d’intervalle. La situation qui parait pour le moins farfelue est le résultat d’une scission dans l’association qui organisait la « Marche des fiertés ». Malgré de nombreuses tractations, « Fiertés de Provence » et « Tous & Go » n’ont pas réussi à se mettre d’accord, ce qui débouche sur deux manifestations distinctes empruntant le même parcours… En sens inverse, ce qui laisse à penser qu’il y a peut-être un message subliminal à décoder…

gaypride2010a.jpg

Le 3 juillet, le 1er de ces défilés a donc eu lieu sous une chaleur caniculaire, depuis le Vieux-Port jusqu'au parc du 26e centenaire en empruntant la Canebière, la rue de Rome, et la place Castellane.

Après une halte pour observer une minute de silence en mémoire des victimes du sida et de l’homophobie, le cortège bruyant a repris sa marche sur fond de musique techno alors qu’un canon à mousse aspergeait copieusement la foule.

A l’arrivée au parc, la fontaine de « l’arbre de l’espérance » a été prise d’assaut par une horde de baigneurs qui y ont trouvé un moyen sympa de se rafraîchir avant d’être littéralement ensevelis sous des monticules de mousse !

gaypride2010b.jpgLes spectateurs massés le long du parcours ont pu voir passer les cercueils des droits au mariage et à l’adoption et peut-être auront-ils pris conscience des problèmes de la communauté homosexuelle

Les aficionados de ce genre de fête qui ont manqué cette première édition auront donc droit samedi prochain à une session de rattrapage qui serait la vraie « Lesbian and Gay pride ». N’ayant pas creusé la question, j’ignore quelle organisation est plus légitime que l’autre…

Je donne donc volontiers ma langue au chat… Et pas au gros matou, même si en la circonstance, cela aurait été bien vu… !

Tag(s) : #Marseille