Lors du très sympathique grand banquet artistique qui a eu lieu le 22 septembre dernier à Marseille sur la Canebière, la réincarnation d’un de ces lecteurs publics aujourd’hui tombés en désuétude faisait la lecture du journal, debout et arpentant l’immense table de près de 300m de long, à qui voulait bien, (ou ne voulait pas…) l’entendre.

Si cette initiative qui ressuscitait les « Recitationes » de la Rome antique et les crieurs de journaux d’antan auxquels Mediapart rend hommage à travers son logo, une « énooorme »  faute de goût a été commise.

lecteurpublicblog.jpgA Marseille sur la Canebière, l’artiste provocateur ou inconscient, oubliant qu’il existe une presse locale qui vaut ce qu’elle vaut a osé lire Le Figaro, un journal parisien à des marseillais susceptibles qui depuis quelque temps ont la gâchette facile…

Si préférer Le Figaro à La Provence pouvait être interprété comme un symbole d’allégeance à Jean Claude Gaudin et un pied de nez à Bernard Tapie, l’oubli de La Marseillaise, du Ravi, de Vmarseille et de Marseille L’Hebdo était plus difficilement compréhensible, témoignant même d’un certain mauvais goût…

Afin d’allier tradition et modernisme, ce brave lecteur public aurait pu innover et lire de la presse en ligne sur une tablette. Déclamer des articles de Marsactu, de Bakchich ou de Mediapart consacrés à Marseille et à son actualité aurait vraiment eu de la gueule…

Utopie quand tu nous tiens…

Tag(s) : #Marseille