Il était un peu plus de 4h 30 ce matin là à Marseille, lorsqu’un chauffeur de poids lourd m’a interpellé alors que je traversais tranquillement le « Quai de Rive Neuve » en empruntant le passage « piétons »…

- « Dites, Monsieur, vous savez où vont tous ces gens ? »

- « Ce ne sont que des illuminés qui vont à une procession vers l’abbaye de Saint-Victor… »

- « Les « pôvres !»… » (Dit-il en insistant sur le « 0 »…)

Continuant mon chemin, j’ai rejoint le Vieux Port où, malgré le froid, une foule de crétins chrétiens attendait l’arrivée du bateau transportant un évangile et une clique d’ecclésiastiques chargés de cierges…

Sur le quai, de jeunes crapauds de bénitier qui ont visiblement l’air de se geler les bijoux de famille attendent stoïquement, pliant sous la charge de la statue de « Notre Dame de Confession » qu’ils portent sur un tréteau…

proces1blogAlors que le bateau, symbolisé par les fameuses « navettes » arrive enfin, je jette un coup d’œil à cette « Vierge Noire » sculptée dans du bois de noyer qui aurait plutôt tendance à faire peur aux petits « zenfants »… En me demandant comment on peut vouer un culte à une horreur pareille, j’écoute d’une oreille distraite les interminables bondieuseries qui ont l’air de passionner un auditoire captif et transi de froid qui semble bien incapable de tout jugement critique… Si ce n’est pas de la manipulation mentale, cela y ressemble beaucoup !

proces2blogEnfin, le signal du départ de la procession est donné. Un prêtre vêtu de blanc qui agite un encensoir à chaîne est suivi par un de ses acolytes qui porte fièrement le fameux évangile doré à bout de bras, ce qui constitue un exercice de musculation aussi valable qu’un autre. La « Vierge Noire » vient en troisième position et la cohorte de fidèles ravis de pouvoir enfin se réchauffer leur emboite le pas…

Tout cela est bien gentil mais c’est en moto que je file à Saint-Victor où j’attendrai tranquillement que la chenille processionnaire faite d’anoraks, de bonnets et d’écharpes multicolores arrive enfin…

Sur le parvis de l’abbaye, les motards de la police municipale m’invitent à stationner à côté d’eux en me disant qu’  « à priori », ma bécane serait en sécurité… Ces braves pandores qui ont l’air frigorifiés pestent contre les qualités thermiques de leurs uniformes et plus particulièrement contre leurs bottes vernies qui seraient de vrais congélateurs. L’un d’entre eux donne des coups de pieds dans un mur alors que son comparse sautille sur place pour se réchauffer… Alors qu’on aurait pu s’attendre à ce qu’ils sortent une flasque d’eau de vie, voilà qu’ils se contentent de se réchauffer les doigts sur la flamme d’un cierge placé à l’entrée de l’église… Si maintenant les flics sont sobres, où va-t-on ?

proces3blogUne heure plus tard, la tête de la colonne arrive enfin.  Elle est accueillie par quatre curieux daltons en robes dont un « black » qui a vraisemblablement du abandonner ses potes « rois mages » après l’épiphanie. Le temps est venu de bénir Marseille et d’étranges « cierges verts » délaissés par « Mélanie », (une vieille copine de Georges Brassens) depuis la vulgarisation des sex toys…

proces4blog.jpgL’archevêque, coiffé de sa mitre est là avec sa crosse en l’air et je ne peux m’empêcher de penser à l’évêque saoul qui vomit dans le caniveau dont parle Jacques Prévert dans un de ses bouquins… (« Paroles »)

Enfin, le temps est venu de pénétrer dans l’église pour la cérémonie religieuse, ce qui donne lieu à une sorte de bousculade polie dans laquelle s’affrontent vieilles rombières et grenouilles de bénitier. Le catho moyen étant un tricheur comme les autres, j’observe les resquilleurs qui tentent de se faufiler en bousculant des mémés qui auraient mieux fait de rester couchées avec pépé.  C’est alors que j’ai vu la plus maligne tenter de passer par la boutique de souvenirs… Fermée par une vitre absolument translucide dans laquelle elle s’est « explosée » comme un vulgaire moustique sur un pare-brise !

proces5blog.jpgAprès avoir jeté un œil dans la nef et constaté la présence de nombreux élus, je me suis frayé un chemin vers la sortie où j’ai retrouvé un cameraman de LCM et les motards de la police qui semblaient avoir toujours aussi froid… La « Messe Solennelle » étant partie pour s’éterniser, il y avait largement le temps d’aller boire un café et d’acheter des navettes, AVANT la ruée des termites voraces qui n’allaient pas manquer de déferler dans la petite boulangerie, archevêque et élus en tête, dès la fin de l’office religieux…

Devant le magasin, des tambourinaires venus de la vallée des Baux de Provence jouent des morceaux classiques du folklore provençal et lorsque l’onglée commence à engourdir leurs doigts, ils se réfugient à l’intérieur, grignotant au passage quelques navettes.

Alors qu’il n’est pas encore 8h du matin, cette fête à neuneus commence à mettre une sacrée pagaille dans le quartier. Un bus est bloqué par des voitures mal garées et plus grave, une ambulance est elle aussi coincée dans l’embouteillage... Alors que les motards de la police municipale enfin réchauffés ne savent plus où donner de la tête, c’est à pieds que les pompiers arrivent au secours d’une personne malade qui sera médicalisée dans un commerce… La situation devient particulièrement cocasse et la preuve est bientôt faite que ces braves croyants sont beaucoup plus  irrespectueux de leur prochain que n’importe quel athée !

proces6blog.jpgEnfin, voilà le « clou du spectacle »… Les « huiles », Jean Claude Gaudin et Mgr Pontier en tête arrivent au « Four des navettes », suivis par une ribambelle d’élus qui ne rateraient pour rien au monde l’occasion de parader devant des caméras et des appareils photos. Dans la boulangerie, c’est une véritable foire d’empoigne mais tout le monde finit par se placer au mieux, l’important étant d’immortaliser cette scène surréaliste de toute première importance que les Français verront dans les journaux télévisés dès treize heures avec une reprise le soir…

En assistant à la bénédiction, je demande à la journaliste qui s’est collée à moi si les navettes bénies sont meilleures que celles qui ne le sont pas. Ce doit être une mécréante car elle me répond qu’elle n’en sait rien… Alors je lui dis que si çà se trouve, l’archevêque est en train de disséminer toutes sortes de miasmes qui frapperont les marseillais dans les prochains jours…

gaudin04rcblogRegards réprobateurs d’une grenouille de bénitier qui me dévisage comme si j’étais le diable en personne alors que j’ai laissé mes cornes d’ACDC à la maison… J’aurais bien discuté avec la batracienne gourmande qui a trop souvent du céder aux sept péchés capitaux mais elle me fuit comme si j’étais un pestiféré, ce qui a pour effet immédiat de me donner un peu d’espace…

Il est 8h30, le maire, Jean Claude Gaudin serre des paluches et dit des messes basses, les élus quittent les lieux, les bras chargés de biscuits offerts par la maison…

Il est grand temps pour moi d’aller me recoucher une heure ou deux… !

Tag(s) : #tranches de vie...