Voilà quelques photos d’une curieuse scène vue à Marseille vendredi après-midi à l’angle de l’avenue Jules Cantini et du boulevard de Maillane. Depuis des mois, le carrefour est condamné par des travaux interminables qui commencent  à exaspérer les riverains qui ont parfois bien du mal à rentrer chez eux…

Passant par là à pieds, j’ai pris ces images du rez-de-chaussée d’un bâtiment à la façade de verre qui abrite des bureaux. Plusieurs baies vitrées avaient littéralement volé en éclats ce qui laissait les passants plus que perplexes…

Que s’était-il donc passé ? :

vitrescantini2blog- Un cambriolage qui a du faire pas mal de bruit ?

- Du vandalisme pur et simple ?

- Un laveur de carreaux aurait mis trop de cœur à l’ouvrage ?

- Un vitrier qui en cette période estivale manquait de boulot ?

Alors que les badauds se perdaient en conjectures, d’autres, visiblement très portés sur la rigolade défendaient d’autres théories toutes aussi pertinentes…

Un marseillais goguenard : « Le patron a du oublier les clefs... ! »

Un pragmatique : « C’est pas la peine d’appeler Carglass… »

Un chômeur : « A moins que des employés exploités aient pété les plombs… ! »

Un travailleur : « La clim devait être trop forte, alors ils ont du aérer… ! »

Un vieux pépé lubrique : « Une pute a du se trouver vilaine dans ce miroir… »

M’immisçant dans cette conversation éminemment sérieuse, j’ai émis l’idée qu’il s’agissait peut-être d’art moderne, une hypothèse très étonnante pour le groupe de plaisantins visiblement éméchés dont l’haleine fleurait bon… L’anis !

C’est le moment que choisit une dame pour passer par là avec deux bambins ronchons en « surchauffe » qui trouvèrent tout à coup de l’intérêt à leur balade en plein cagnard sans casquette…

« Dis maman, pourquoi les vitres elles sont toutes cassées… ? »

Pour aider la brave mère de famille qui ne savait visiblement que répondre à cette question précise, j’ai tenté de l’aider en leur expliquant que peut-être, un papa et une maman s’étaient disputés dans le bureau…

vitrescantini1blogAlors qu’après avoir été fusillé du regard, j’étais sur le point de me faire lyncher par la maman totalement dénuée de sens de l’humour, un des hommes, moustache au vent, est venu à ma rescousse l’air hilare…

- « C’est sur que si bobonne a surpris son mari en train de sauter sa secrétaire sur la photocopieuse, elle a pu mal le prendre… ! »

C’en était trop pour la mère poule qui, saisissant ses marmots braillards par la main préféra prendre la poudre d’escampette, comme si elle venait de croiser le diable en personne…

La suite des propos de ces deux « humoristes » aurait pu sans problème faire la « UNE » d’un journal aussi culturel que « L’équipe », mais il m’est impossible, compte tenu du vocabulaire « fleuri » qui a été employé, de les retranscrire fidèlement sur ce blog…

Je vous laisse le soin d’imaginer ce que ces poivrots ont pu dire, (je vous fait confiance…), mais en ce qui me concerne, ils ne m’amusaient déjà plus et j’ai préféré prendre le large, les abandonnant à leurs délires sexistes…

Tag(s) : #tranches de vie...