Jeudi à Marseille, un suspens effroyable qui avait trop duré vient de cesser. Jean Claude Gaudin, le très pagnolesque dinosaure en voie de fossilisation de la politique marseillaise a annoncé officiellement qu’il se porte candidat à un quatrième mandat à la tête de la mairie de Marseille.

Cette turbulence qui n’était pourtant qu’un secret de polichinelle a provoqué la mise en torche immédiate du parachute de Guy Teissier, le bien connu « cavalier du 9è » qui lui aussi n’est autre qu’une antiquité préhistorique marseillaise… Un Iznogoud un chouya plus jeune que  le calife Haroun El Poussah dont il rêve de prendre la place qu’il estime lui revenir de droit depuis des lustres…

Alors que les désopilantes primaires socialistes qui ont tenu les marseillais en haleine sont terminées, que les règlements de comptes suivis de visites de ministres commencent à les lasser et que le ridicule a tué les anti-mariage pour tous, l’entrée en campagne du ravi de la crèche en pleine période de foire aux santons tombe à pic pour redonner aux journalistes politiques et aux critiques de tous poils l’occasion de faire étalage de leurs talents….

Et voilà qu’alors que je cherchais dans mes archives une vieille photo de ce sacré « Dingo » susceptible d’illustrer ce billet, je suis tombé sur cette image que j’avais faite il y a fort longtemps  au Conseil Régional PACA lors de vœux aux « corps constitués ».

ghaligaudin01webLa jeune femme au look de collégienne modèle qui semblait sortie tout droit d’un pensionnat de jeunes filles et qui applaudissait à tout rompre un Jean Claude Gaudin hilare n’était autre qu’une certaine Samia Ghali qui s’est largement émancipée depuis, devenant la grande gueule médiatique que les marseillais ont appris à connaître ces derniers temps…

C’est alors que je me suis souvenu que ce soir là sur l’estrade, ce couple improbable qui semblait pourtant très complice avait joué à « Tapes, tapes  dans tes mains » avant que Samia Ghali n’initie le maire à un autre jeu guère plus intellectuel qu’est « Pierre, papier, ciseaux »…

Depuis, du temps a passé et curieusement, à moins qu’ils ne cachent bien leur jeu et se rencontrent en secret, les relations entre ces deux-là n’ont plus l’air d’être au beau fixe…

Il parait même que leurs désaccords seraient beaucoup plus profonds, mais c’est une autre histoire que je laisserai volontiers développer par des spécialistes de la vie politique locale !

Tag(s) : #Pas lu dans "La Provence"