Les suisses ont créé une « immense surprise » en votant dimanche à une majorité écrasante l’interdiction des minarets. Cette décision qui montre que ce beau pays est loin d’être le plus « progressiste » de la planète fait surtout causer… A l’extérieur de ses frontières

Personnellement, après avoir bourlingué depuis près de trente ans dans des pays musulmans, ce n’est pas le minaret et ce qu’il représente qui me dérange, mais le braillard de plus en plus souvent remplacé par un haut-parleur nasillard qui s’égosille, cinq fois par jour, en commençant dès cinq heures du matin

Je me souviens avec beaucoup d’émotion de la véritable nuisance sonore qui, il y a quelques années avait déferlé sur Kuala Lumpur en Malaisie à l’occasion du…. « Championnat du monde des muezzins »… ! (Ce n’est pas une blague !)

Depuis tant d’années, j’en suis arrivé au stade où, comme un gamin qui connait la « musique » de la table de multiplication qu’il récite sans en comprendre un traître mot, je suis quasiment capable de répéter par cœur les paroles du muezzin, encore mieux que celles du « Notre père qui êtes odieux restez y… » Que les curés pédophiles tentent d’inoculer comme un virus sournois dans les cerveaux d’enfants qui sont encore trop crédules et dénués de sens critique

Si, dans un pays où la liberté de culte existe, il est inconcevable que la construction d’une mosquée soit interdite, il n’est pas tolérable non plus que son minaret vienne casser les oreilles de tout le voisinage et encore moins qu’il ne diffuse de propos qui soient susceptibles de venir troubler l’ordre public

Dans un autre registre, après avoir constaté que quasiment toutes les guerres depuis la nuit des temps sont liées aux religions, comment peut-on encore accepter de laisser perdurer des cultes qui n’ont pour seule fonction objective de semer le bordel sur la planète ?

A deux pas de chez moi, quand je vois le « rabbin des bois », barbu comme Robinson Crusoe et sa clique très caricaturale regagner leur synagogue qui ressemble davantage à un bunker ou au consulat de Turquie à Marseille qu’à un édifice religieux, je me dis qu’il serait grand temps de raser ces verrues qui sont les symboles d’un archaïsme qui empêche le monde de progresser C’est peut-être un peu excessif, je vous le concède, mais  c’est une idée qui m’amuse, comme celle que la science pourrait prouver un jour où l’autre que Dieu n’existe pas… ! (Affaire à suivre…)

 

Pour illustrer cet article, j’ai ressorti une photo du minaret de la gigantesque mosquée en construction à Samarinda qui s’élève de plus de 99m (première photo)…

Et celle d’un autre, beaucoup plus modeste dans un village du cœur de Bornéo (la troisième image)… Une occasion d’ailleurs de pointer du doigt une hypocrisie qui existe dans toutes les religions… A quelques mètres à peine de là se trouvait un tripot dans lequel les bucherons pouvaient jouer au billard, boire de la bière ou du saké avant de regarder un film porno japonais avant de terminer la soirée en s’envoyant en l’air avec des putes venues jusqu’ici depuis la ville pour assurer le repos du guerrier

L’Imam ne pouvait pas ne pas savoir ce qui se passait à moins de vingt mètres de sa mosquée et il était plus qu'évident qu'il n'était pas étranger à la gestion de ce petit commerce florissant

Mais c’est une autre histoire…

Tag(s) : #jojomigrateur