En faisant défiler à l’écran une série de photos que j’avais prises au musée du Louvre, mon regard s’est arrêté sur cette œuvre anonyme et pourtant très célèbre. Si les modèles sont parait-il clairement identifiés comme étant Gabrielle d’Estrées, favorite du roi Henri IV et une de ses sœurs, on peut y voir, (avec un zeste d’imagination), une scène prémonitoire des coulisses de la vie politique actuelle…

Alors que Mamy Martine reprise des chaussettes en surveillant la scène du coin de l’œil, voilà que Ségolène qui ne supporte pas qu’on lui fasse de l’ombre se chamaille avec sa rivale Marine qui aurait demandé un permis de port d’arme…

segomarineblog.jpgPlanqués derrière les tentures, trois hommes complotent, attendant le moment opportun pour jaillir hors de leur cachette…

Alors que le satyre Dominique se demande dans quel ordre il pourrait bien « niquer » ces « femelles », son rival et ami François se moque de lui en lui disant que même avec une allure de « simplet » il a un « coup » d’avance dans cette affaire… Vu qu’il fut le « cavalier » de la « Mère Ségo » avant qu’elle ne le « Désarçonne » comme un malotru !

Le troisième, un certain « Petit Nico » que certains imaginaient « équipé » d’un micro-pénis serait en fait un nain priapique qui tirerait sa jouissance de la conquête et du dressage de femmes plus grandes et plus intelligentes que lui. Tel le loup de Tex Avery, il lorgnerait sur la blonde « Marine » la bave aux lèvres mais à cause d’un de ses derniers paris, il se sentirait quelque peu gêné aux entournures…

Cherchant à reconquérir un peuple qui le fuit comme s’il était pestiféré, voire encore « pire » et pas « racontable », le diabolique nabot aurait envisagé d’instrumentaliser la naissance au palais d’une sorte de « Rosemary’s Baby » qui en définitive pourrait produire des effets très éloignés de ceux que le couple escomptait…

A force de jouer à l’apprenti sorcier et de titiller le destin, le tableau pourrait même rattraper la réalité, le petit président finissant même son mandat, « suriné » comme le bon roi Henri IV… !

Le tout étant très sévèrement arbitré par Maitresse Eva, une matonne injuste armée d’un nerf de bœuf qui serait venue du nord pour régler ses « comptes » avec des « ennemis » embastillés à la hâte, le plus souvent à tort… Une attitude qui tends à prouver qu’elle aurait surtout besoin d’un bon psy !

 

Il est vraiment possible de faire dire n’importe quoi à une toile de maitre !

Tag(s) : #Petits délires...