C’est parti… Pendant trois semaines des hordes de spectateurs venus de tous pays vont se presser le long des routes de l’hexagone pour voir passer les coureurs cyclistes qui participent au championnat du monde toutes catégories de dopage.

 

Chaque soir, de charmantes jeunes femmes remettront des bouquets de fleurs et des maillots de couleur à des vainqueurs qui seront peut-être « déclassés » et bannis quelques semaines plus tard par les instances sportives internationales. Ces héros d’un jour ou de toujours se presseront ensuite sur un « plateau » de télévision animé par un ahuri aussi inutile qu’une valise sans poignée avant de rejoindre leur hôtel ou ils seront « remis à neuf » par un staff médical aux pratiques parfois douteuses

 

Les hôtesses qui se seraient bien « tapé » un champion seront frustrées mais elles se consoleront en se disant que ce n’est que « partie remise », tout au moins si l’abus de substances illicites n’a pas porté atteinte aux attributs virils de ces rois de la pédale

 

Le dopage est un fléau si lucratif qu’il n’est pas près de disparaître. Si les laboratoires chargés du contrôle sont de plus en plus performants, les tricheurs qui ont les moyens financiers de leurs ambitions rivalisent d’ingéniosité en « travaillant » en secret avec des apprentis sorciers qui pour l’instant continuent à avoir une longueur d’avance.sur ceux qui les pourchassent

 

Il y a des lustres que les sportifs recherchent la « potion magique » qui décuplera leur force et leur permettra de remporter les titres de leurs rêves. Face à de tels enjeux et alors qu’ils « pètent » la forme, ils se soucient peu des dégâts de certaines substances sur leurs organismes, d’autant plus que leurs effets ne se manifesteront que dans quinze ou vingt ans, ce qui à leur âge est une éternité… !

 

Cette année encore, il se pourrait bien que le déroulement du tour de France ne soit entaché de nombreuses irrégularités liées à un dopage massif très bien organisé. Des exclusions de « pointures » du « peloton » sont tout à fait envisageables et si tel était le cas, le palmarès officiel ne serait définitif que dans quelques mois, comme cela a été le cas ces dernières années. Ce qui est clair, c’est que la découverte de nouveaux cas aussi graves que les années précédentes remettrait tout simplement en cause l’existence de la légendaire course cycliste, celle que tout coureur rêve de gagner un jour…

 

Un véritable scénario catastrophe… !

 

Vu du côté des coureurs, comment ne pas se poser des questions et ne pas se laisser tenter par certaines pratiques quand on voit qu’un compétiteur de seconde zone se métamorphose mystérieusement en quelques mois en un super-héros qui grimpe les cols à l’allure d’une mobylette sans afficher la moindre fatigue ?

 

Les efforts de communication sur la dangerosité du dopage sont très loin d’avoir convaincu les principaux intéressés, même si toutes les équipes affichent leur volonté de faire disparaître le dopage du monde du cyclisme.

 

Certains sont d’ailleurs très énervés par les contrôles anti-dopage à répétition et par les contraintes du suivi longitudinal qui oblige les compétiteurs à signaler en permanence le moindre de leurs déplacements à un organisme qui peut venir à l’improviste dès six heures du matin, procéder à des prélèvements urinaires et sanguins… Le jour où les sportifs ont accepté ce système, ils ont tout simplement fait entrer « Big Brother » dans leur vie privée, ce qui en d’autres lieux aurait provoqué une véritable révolution.

 

Pisser dans un bocal, passe encore, surtout qu’il y a matière à bien rigoler lorsqu’il faut le faire en présence d’un gugusse zélé qui accompagne l’athlète dans les toilettes pour vérifier que l’urine qui remplit le flacon « sort » bien de la pine du délinquant en puissance

 

Mais un prélèvement sanguin est une toute autre chose. Certains sportifs peuvent y être opposés pour diverses raisons personnelles ou religieuses, (témoins de Jéhovah par exemple) mais ils s’exposent à des sanctions s’ils refusent l’intervention du vampire de service dument mandaté par les fédérations internationales… Les cyclistes, (et les autres)  sont-ils assez trouillards pour qu’il n’y ait pas encore eu de « grande gueule » capable de faire bouffer au contrôleur la seringue et tout le petit outillage qui va avec, en commençant par l’aiguille… ?

 

S’ils ne réagissent pas, les rois de la petite reine seront bientôt transformés en rats de laboratoire étudiés par des émules des « experts de Miami »… Prélèvement de cheveux pour recherche de stupéfiants, alcooltest et grâce aux progrès de la génétique, recherche d’ADN, prélèvement de sueur, de sperme et bientôt, passage par un toucher rectal comme un vulgaire détenu qui entre en prison. C’est à peine exagéré… !

 

Place au scandale et aux moralisateurs qui vont pouvoir s’en donner à cœur joie…

 

- Pourquoi ne pas libérer totalement le dopage qui n’a jamais disparu ?  

- Pourquoi ne pas considérer que les sportifs de haut niveau sont des adultes responsables et conscients de prendre des risques pour leur santé ?

- Pourquoi de pas mettre l’éthique à la poubelle et considérer que la recherche visant à améliorer les performances physiques des humains pourrait déboucher sur des découvertes susceptibles d’améliorer la santé ?

 

Quoi qu’en disent les ennemis du « shooting », une course regroupant des athlètes bioniques aurait de la gueule… Des mecs à la carrure de « Schwarzy »  le Sénateur de Californie roulant deux fois plus vite qu’un « Amstrong » de la grande époque… Des « Jeannie Longo » aux épaules de « Mauresmo » ridiculisant les champions d’il y a quelques années, une époque ou leurs attributs virils n’avaient pas encore été détruits par le cancer des testicules, des femmes bodybuildées au clitoris hypertrophié par l’abus de corticoïdes et de stéroïdes anabolisants, capables de performances physiques hallucinantes

 

Après avoir lu toutes ces horreurs, la pétulante Ministre de la Santé serait partie « sniffer » un « rail de cocaïne » pour se remettre de ses émotions, une addiction tenace que lui auraient transmis des sportifs comme une maladie honteuse… (L’idée me plait bien…)

 

Heureusement que ce blog est là pour dévoiler toutes ces infos essentielles !